champignons plus communs attaquer plante cann

Les principaux champignons qui pourraient attaquer votre plante de cannabis

  • L’humidité et autres facteurs environnementaux peuvent favoriser l’apparition de champignons dans votre culture de cannabis, une désagréable visite qui se présente sans prévenir.
  • Les champignons sont des compagnons de voyage silencieux qui s’installent sur vos plantes, et un danger en puissance pour votre récolte.
  • Comme s’il s’agissait du huitième passager, patiemment cachés dans l’obscurité, des milliers de spores latentes attendent que les conditions (chaleur, humidité, faible ventilation) soient propices à leur apparition stellaire.
  • Si vous n’êtes pas attentif et que vous tardez à les détecter, les conséquences peuvent être fatales, car bien qu’il existe de nombreuses solutions pour les combattre et les prévenir, lorsque les champignons prennent pleine possession de la plante, ils sont entièrement capables d’endommager tout l’effort réalisé ces derniers mois. 
champignons plus communs attaquer plante cann

La première étape pour éviter l'apparition de champignons est la prévention, donc avant de vous présenter les plus communs, voici quelques conseils :

  • L'hygiène est un facteur essentiel pour éviter l'apparition de champignons. Si vous cultivez en intérieur, entre deux récoltes, faites une désinfection totale de l'armoire ainsi que de tout ce qui peut être en contact avec les plantes (ustensiles, pots). Vous pouvez la réaliser en appliquant des fongicides ou simplement en utilisant de l'eau de javel à 5 %. Durant la culture, maintenez la zone dégagée et propre et, si vous voulez renforcer les mesures, vous pouvez également vous changer pour accéder à la pièce de culture car les vêtements que vous portez dans la rue peuvent contenir des spores et infecter la zone. En extérieur, il est plus difficile de contrôler cela, mais vous pouvez établir un système de nettoyage de tous les ustensiles que vous utilisez
  • Nettoyez les restes végétaux, les feuilles mortes et les déchets en décomposition, ils sont le bouillon de culture idéal pour certains champignons.
  • Contrôlez la température et l'humidité : pour que les champignons puissent se développer, ils nécessitent certaines conditions environnementales, celles-ci sont essentiellement la chaleur, l'humidité et un manque de ventilation. Si vous contrôlez que votre culture est correctement ventilée, que l'humidité relative ne dépasse pas 50 % en phase de floraison et que la température ne soit pas supérieure à 25 degrés, ce sera très bien. Il est vrai qu'en extérieur, ces éléments ne dépendent pas de vous, mais tentez de ne pas prolonger trop votre récolte, car le mois d'octobre réunit en général les conditions climatiques nécessaires (pluies, humidité) pour que ces invités non désirés apparaissent.
  • Utilisez la prévention : elle n'a pas besoin d'être chimique, il existe de nombreux produits organiques ayant une action fongicide efficace. Vous pouvez les acheter dans votre grow shop ou les fabriquer vous-même.
  • Si vous utilisez des boutures qui ne viennent pas de votre maison, vérifiez que la mère soit saine, ça ne servirait à rien de faire un nettoyage exhaustif de votre espace, si vous introduisez des boutures infectées. 

Néanmoins, si vous suivez ces conseils à la lettre, les possibilités d'apparition des champignons seront considérablement réduites, il n'existe pas de méthode efficace à 100 %. Les spores sont des corps microscopiques conçus pour survivre durant de longues périodes dans des conditions adverses, elles voyagent au travers de l'air et vous pouvez avoir la malchance que leur destination finale soit votre culture. Interpréter les symptômes et détecter l'infection à temps peut être crucial pour votre récolte. Ci-après, nous vous présentons quelques-uns des champignons les plus communs qui peuvent affecter le cannabis, nous vous disons comment les identifier et leur traitement.

Botrytis

Comment reconnaître ce champignon?

Le Botrytis, ou moisi gris, est un champignon pathogène très courant dans la culture du cannabis. La bonne nouvelle est que ce champignon est très facile à détecter, vous comprendrez lorsque vous souffrirez de sa présence, car il s'agit d'un processus de nécrose qui peut affecter toutes les parties de la plante (racines, tiges, feuilles, têtes), et se reflète visiblement sur la couleur et la texture de celles-ci, qui deviendront marron ou grises, avec un aspect sec, sans vie. La mauvaise nouvelle est qu'il se propage rapidement et qu'il est capable de détruire votre culture en quelques jours. C'est pourquoi vous devez être rapide et efficace.

Que faire si vos plantes sont infectées par le Botrytis?

L'humidité est le facteur clé pour l'apparition de ce champignon, donc si vous voulez l'éviter, suivez notre conseil précédent et maintenez les niveaux sous contrôle à tout moment. Néanmoins, si le champignon s'est installé, la première chose à faire est de couper les parties infectées, y compris quelques centimètres de la partie saine pour laisser une marge de sécurité. Ne laissez pas les têtes infectées contaminer les autres parties de la plante ou les têtes saines, et une fois coupées, détruisez-les et nettoyez bien les ciseaux et vos mains. Après la coupe, ventilez bien la pièce pour réduire le degré d'humidité, augmentez la température à 26 ºC et réduisez l'humidité sous les 50 %. Normalement, le Botrytis apparaît à la fin de la période de floraison, si c'est le cas, nous vous conseillons de récolter au plus vite, vous stopperez uniquement ainsi l'infection. Couper les parties infectées ne garantit pas en absolu, l'élimination du champignon.

Bien qu'il existe des produits chimiques pour désinfecter les plantes de cannabis de manière préventive, nous ne conseillons pas leur utilisation pour deux raisons : tout d'abord, la fumigation ne garantit pas à 100 % la non-apparition de ce champignon et, le plus important, ces produits laissent une trace de résidus chimiques qui peuvent être dangereux pour la santé, sachez que tout ce que vous utilisez pour vos plantes de cannabis entrera dans votre organisme lors de la consommation. Le plus recommandé est donc d'éviter les conditions pour son apparition en contrôlant toujours l'humidité, l'hygiène et la densité de votre culture. Notre conseil est de renforcer les mesures mentionnées et peut-être d'essayer un antifongique écologique tel que la propolis ou la queue de cheval à titre préventif.

Oïdium

Ce champignon est des plus courants dans la culture du cannabis, il nécessite une humidité élevée et une température minimale de 20º pour pouvoir se développer, et les changements brusques de températures favorisent son apparition. Bien qu'une infection par oïdium soit facile à identifier et dispose d'un traitement, si le remède n'est pas donné à temps, ce champignon peut être fatal.

Comment identifier l'oïdium ?

Il vous sera facile de voir que votre culture est infectée par l'oïdium, car ce champignon recouvre les feuilles et les têtes de ce qui semble être une couche de poudre blanche, en général localisée sur la partie supérieure. En phase initiale, vous pourrez observer de petits cercles de poudre blanche sur les feuilles qui, à mesure qu'avance l'infection, se propagent et deviennent plus denses, jusqu'à atteindre les tiges et les têtes.

Traitement

Bien qu'il ne soit pas le champignon le plus mortel, il convient de l'éradiquer, car une fois entré dans la tête, il est très difficile à éliminer et les fleurs infectées en aucun cas ne seront aptes à la consommation. Pour prévenir l'apparition de ce champignon, vous pouvez utiliser la queue de cheval, la propolis ou un fongicide organique, ainsi vous éviterez d'asperger ou d'arroser vos plantes avec des produits chimiques. Différentes études ont montré que l'inoculation du champignon antagoniste appelé Trichoderma harzianum (champignon antagoniste de champignons pathogènes) dans la terre utilisée pour la plantation prévient efficacement contre l'apparition de l'oïdium.

Toutefois, si l'oïdium s'est déjà installé dans votre culture, l'unique manière efficace de le stopper est avec des fongicides systémiques. Nous ne recommandons pas l'utilisation de ce type de produits car, comme nous l'avons dit précédemment, ils sont nocifs pour la santé et il est toujours préférable de perdre la récolte que de tenter votre chance. De toutes manières, si vous décidez d'utiliser ce type de fongicides, lisez attentivement les instructions d'utilisation et suivez-les à la lettre, en respectant toujours les périodes de sécurité. De plus, si vous utilisez des produits chimiques pour traiter l'oïdium, nous vous recommandons d'être particulièrement rigoureux avec le lavage des racines afin d'éliminer autant que possible les résidus chimiques.

Mildiou (Phytophthora infestans)

Le mildiou est un champignon dont les symptômes sont semblables à ceux de l'oïdium, cependant il existe quelques différences entre eux qui peuvent vous aider à les distinguer.

Comment savoir si votre plante a le mildiou?

Ce champignon qui affecte les feuilles, les tiges et les fleurs, non seulement apparaît sur la partie supérieure mais, contrairement à l'oïdium, il apparaît également sur l'envers des feuilles. Les premiers symptômes qui indiquent une infection par mildiou sont l'apparition de petites taches jaunes ou translucides sur les feuilles qui sont suivies (pas toujours) d'une fine couche de poudre blanche située sur l'envers des feuilles.

Traitement

La première chose à faire si vous découvrez que votre culture est infectée est d'améliorer l'aération de celle-ci, coupez les zones affectées et évitez la massification, qu'il y ait de l'espace entre les plantes. Ensuite, vous devez appliquer un fongicide pour éliminer le champignon, il existe plusieurs produits qui peuvent vous aider, certains agissent par contact et s'appliquent sous 24 heures après l'infection, d'autres sont systémiques et s'utilisent sous 72 heures après l'apparition du champignon. Comme dans les cas précédents, nous déconseillons l'usage de produits chimiques pour traiter le mildiou en raison des risques pour la santé, une bonne prévention organique pour ce champignon est la bouillie bordelaise.

Fusarium

Qu'est-ce que le fusarium ?

Ce terme fait référence à un genre très large qui regroupe différents champignons filamenteux qui vivent dans les sols. Ces champignons agissent d'une manière parasitaire s'alimentant de la plante et parfois, provoquant des maladies jusqu'à la tuer.

Comment identifier le fusarium dans le cannabis ?

Le fusarium bloque le flux de sauge de la plante, impliquant pourrissement de la base des tiges, des tâches sur les feuilles les plus anciennes et de la chlorose. La pointe des feuilles frise parfois vers le haut et finit par faner. Un autre des symptômes caractéristiques pour savoir que votre plante a été infectée par le fusarium est la lignification des tiges. Si nous en coupons une, et que nous en observons l'intérieur, nous pourrons observer une couleur marron rougeâtre.

Comment combattre le fusarium ?

Aucun produit efficace n'a malheureusement été trouvé jusque-là pour lutter contre cette maladie, et donc, le mieux à faire est d'éliminer les plantes ayant été infectées et d'essayer de sauver celles qui sont toujours saines.

Damping-off ou fonte des semis

Qu'est-ce que le damping-off ou fonte des semis ?

Cette maladie peut être provoquée par divers champignons et se produit lors de la première étape de la vie des plantes lorsque celles-ci se trouvent dans un substrat sans stérilisation, dans lequel il y a un excès d'humidité ainsi qu'une stagnation de l'air.

Comment identifier le damping-off ?

Le damping-off attaque souvent la partie de la plante qui se trouve le plus proche du sol, c'est-à-dire la partie inférieure de la tige, qui s'affaiblit, perd de l'épaisseur et finit par plier. Ce processus est très rapide et peut survenir d'un jour à l'autre.

Comment combattre le damping-off ?

Comme nous l'avons mentionné précédemment, le processus du damping-off est très rapide, et donc, vous ne pourrez pas faire grand-chose pour ces jeunes plantes déjà infectées. En revanche, il est important de les retirer le plus tôt possible afin d'éviter que la maladie ne s'étende. Vous pouvez essayer de prévenir l'apparition en y ajoutant un pythium oligandrum, un parasite qui s'alimente de certains champignons, en utilisant toujours un substrat stérilisé.

Alternaria

Qu'est-ce que l'Alternaria ?

L'Alternaria appartient à une espèce de champignon de la famille des Pleosporaceae, qui regroupe actuellement au moins 44 espèces identifiées. Son apparition est dûe au processus de décomposition des matières organiques, c'est la raison pour laquelle on peut le trouvé aux quatre coins de la planète.

Comment idenfier l'Alternaria dans le cannabis?

L'Alternaria produit des tâches sèches circulaires allant du gris au noir, généralement présentes sur les feuilles, mais que l'on peut également observer sur le tronc des plantes. Ces tâches peuvent être nécrotiques, on note également une perte importante de vigueur, une mauvaise assimilation des nutriments, laissant apparaitre comme un état visuel de carences multiples.

Comment combattre l'Alternaria ?

La meilleure manière d'éliminer ce champignon est tout d'abord de maintenir une bonne hygiène au sein de votre culture (surtout les résidus de végétaux), d'avoir une bonne ventilation homogène (éviter les poches d'humidité), arroser en juste quantité et de réaliser des traitements préventifs (fongicides à large spectre).

 

12/07/2016

Commentaires de nos lecteurs

Il n’y a pour l’instant aucun commentaire. Vous voulez être le premier ?

Laissez un commentaire !

Contact

x
Contactez-nous