adiccion

Le cannabis est-il addictif ?

  • Le cannabis est-il addictif ?
  • Voilà l’éternel débat, une question largement débattue dont l’approche peut parfois être mauvaise, que ce soit de la part des partisans de la plante ou de ses détracteurs.
  • Dans ce post, nous allons vous expliquer ce qu’est l’addiction au cannabis et quels sont les facteurs de risques pouvant vous y conduire.
adiccion

Pendant des décennies, le possible potentiel addictif du cannabis a été utilisé comme un argument par ceux qui défendaient le prohibitionnisme (en amplifiant souvent le pouvoir addictif de la substance), ainsi que par ceux qui défendaient une légalisation de la plante (niant souvent que le cannabis pouvait produire une sorte de dépendance ou d'addiction). L'heure d'aborder la question d'un point de vue plus objectif est arrivée. Le cannabis n'est pas une substance inoffensive, c'est pourquoi il est indispensable que l'usager puisse s'appuyer sur une information fiable et précise sur les conséquences de sa consommation.

Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, nous devons définir quelques concepts :

Beaucoup pensent que l'addiction aux drogues, la tolérance et la dépendance sont la même chose, mais en réalité, chacun définit un concept bien différent de l'action d'une drogue et la façon dont il affecte l'organisme.

La tolérance

Le niveau de tolérance d'un corps à une substance est le fait de ressentir un effet plus ou moins important lors de la consommation. Une augmentation de la tolérance impliquera une réaction différente à la substance en question, en comparaison avec les premières consommations. Par conséquent, pour obtenir le même effet, il faudra augmenter la dose.

La dépendance

La dépendance à une substance se manifestera, pour la personne qui en souffre, par une série de réactions physiques et mentales aussi connues comme syndrome d'abstinence, ou manque, pouvant être légères ou mortelles selon la substance en question. Il existe en réalité de nombreux cas de patients ayant présenté une dépendance à certains médicaments, les obligeant à stopper progressivement leur consommation afin de réduire l'intensité des symptômes de manque. Les personnes dépendantes à une substance ne sont cependant pas nécessairement accrocs à celle-ci.

L'addiction

À la différence de la tolérance ou de la dépendance, l'addiction est une maladie cérébrale chronique. Elle se caractérise par un besoin de consommer une substance de façon compulsive tout en sachant que cela implique des conséquences négatives. Il s'agit d'un trouble mental pouvant conduire à un comportement dangereux pour la santé ou l'intégrité de la personne et qui, tout comme la dépendance et la tolérance, est produit par un usage répété de substances.

Le cannabis créé-t-il une tolérance ?

Oui. De façon générale, lorsqu'un usager a une consommation régulière et prolongée, il finira par augmenter les doses afin d'obtenir le même effet. Il peut aussi y avoir des situations dans lesquelles la consommation de cannabis est abusive, c'est pourquoi l'usager créera un niveau de tolérance si élevé qu'il ne sera plus capable de ressentir la psychoactivité du cannabis.

Le cannabis créé-t-il une dépendance ?

De nombreuses études affirment qu'une consommation abusive et régulière prolongée dans le temps pourrait générer une dépendance à la substance. Le niveau de dépendance est beaucoup plus léger que celui d'autres drogues psychoactives, car selon le Manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux DSM IV-R, entre 5 et 10 % des consommateurs de cannabis réunissent les critères de dépendance.

Il a été démontré que dans certains cas de consommation abusive et prolongée, l'usager pouvait souffrir du syndrome d'abstinence lors de l'interruption de consommation de cannabis. Les symptômes dont pourrait souffrir un consommateur dépendant du cannabis s'il arrête sa consommation sont :

Facteurs pouvant faciliter une dépendance au cannabis :

  • Début de la consommation à un âge avancé. De nombreuses études font état du fait que les personnes qui commencent à consommer du cannabis de façon régulière lors de l'adolescence ont plus de chances de développer une dépendance à la substance et un modèle de consommation addictif.
  • Une grande fréquence d'utilisation de la substance.

Quels sont les symptômes de dépendance au cannabis ?

  • L'usager présente une plus grande tolérance à la substance : besoin d'augmenter progressivement la dose pour obtenir l'effet souhaité.
  • Syndrome d'abstinence lorsque la consommation est arrêtée.
  • Besoin de consommation pour se sentir bien.

Le cannabis est-il addictif ?

Voilà la question, et comme nous l'avons expliqué précédemment, l'addiction est considérée comme une maladie mentale provoquant une consommation compulsive d'une ou plusieurs substances et pouvant amener la personne à réaliser une activité de façon compulsive, comme c'est par exemple le cas de la ludopathie. La consommation abusive et prolongée de cannabis peut entraîner une addiction. Voici les symptômes pouvant indiquer un modèle de consommation addictive :

  • Consommation supérieure à celle du début.
  • Sentiment de frustration, de perte de liberté, car le consommateur souhaite, ou essaye en vain, d'arrêter la consommation de cannabis.
  • Obsession : le cannabis occupe une place importante dans ses priorités, et dans son quotidien, car le consommateur passera une grande partie de son temps avec des questions liées au cannabis (achat ou consommation).
  • La vie sociale du consommateur est affectée, puisque cela réduit son activité sociale, professionnelle ou récréative.
  • Perte de contrôle : incapacité à limiter ou contrôler la consommation. Sensation d'incapacité d'arrêter la consommation de cannabis, tout en voyant que cela l'affecte de façon négative, lui et son entourage.
  • Négation : l'usager nie une consommation addictive ou excessive, et se met sur la défensive si quelqu'un lui faire savoir qu'il pourrait avoir un problème.

Quels sont les facteurs pouvant déboucher sur une addiction au cannabis ?

Le patron n'est pas parfaitement établi en ce qui concerne les facteurs qui pourraient impliquer cette addiction, car en réalité il existe de nombreuses variables. L'addiction est actuellement considérée comme une maladie mentale pouvant être provoquée par divers facteurs :

  • Prédisposition génétique
  • Contexte socioculturel
  • Contexte économique et politique
  • Facteurs individuels : environnement familial, social, stress, traumatismes.
  • Mode et voie de consommation
  • Fréquence de consommation
  • Style de vie

Comment la biologie de l'addiction fonctionne-t-elle ?

Le système de récompense du cerveau est un réseau neuronal produisant une sensation de plaisir lorsqu'il s'active. Son objectif est d'obliger un individu à réaliser certaines activités basiques pour sa survie, comme par exemple l'alimentation, les relations sexuelles pour la reproduction, etc.

Le système de récompense fonctionne grâce à un neurotransmetteur appelé dopamine. Celui-ci joue un rôle très important dans la motivation, la planification sur le long terme, la prise de décision, etc.

Comment ce système de stimulation cérébrale fonctionne-t-il ?

Prenons un exemple, si notre organisme a besoin de s'alimenter, en voyant de la nourriture notre cerveau libérera de la dopamine pour générer l'envie nécessaire pour prendre cet aliment, et en le faisant cela créé une sensation de plaisir. Il existe différents degrés de stimulation dopaminergique, qui produisent des sensations de plaisir plus ou moins importantes.

Dit autrement, lorsque les neurones synthétisent et libèrent de la dopamine, ce composé terminera dans de nombreuses parties du cerveau, dont le noyau accumbens, aussi appelé « centre du plaisir du cerveau », car lorsque la dopamine active cette zone, une sensation de plaisir est ressentie.

En général, les drogues stimulent ce centre du plaisir de façon disproportionnée, c'est-à-dire que la quantité de dopamine envoyée vers le noyau accumbens est fortement supérieure à celle qui serait envoyée si nous l'avions stimulée par d'autres voies, comme par exemple le sport, le sexe, etc.

Ainsi, ce noyau est constamment stimulé d'une façon exagérée et pendant très longtemps. Le cerveau, pour se protéger de ces stimuli « exagérés », réduit le nombre de récepteurs dans la membrane postsynaptique afin de réduire la quantité de dopamine arrivant jusqu'au noyau accumbens, pour limiter la stimulation. Et c'est ainsi qu'est créée la tolérance, et c'est pourquoi l'individu aura besoin d'une augmentation régulière de dose de cette substance pour que la stimulation de cette zone de plaisir soit la même.

Toutes les stimulations du quotidien qui devraient générer de la motivation à travers le système de récompense (pratique sexuelle, alimentation, sport, relations sociales) ne produisent pas le même plaisir car la stimulation dopaminergique est très inférieure à celle que la substance produit. Le nombre de récepteur est aussi réduit, c'est pourquoi les personnes qui souffrent d'addiction montrent généralement une attitude plus apathique et dépressive.

Des études affirment aussi que l'usage abusif et prolongé de cannabis dans le temps affecte le système de récompense cérébral et peut donc générer une conduite addictive. Certaines études sembleraient indiquer que ces adaptations neuronales du système de récompense produites par les cannabinoïdes sont les mêmes que celles produites par d'autres drogues et, donc, bien que le cannabis ne soit pas une substance hautement addictive comme peut l'être l'héroïne, il existe bien un risque de développement d'une addiction à la substance si l'usage est abusif et chronique. Certains consommateurs de cannabis réguliers développent des attitudes de consommation compulsives impliquant des conséquences négatives dans leur style de vie.

Comment combattre l'addiction au cannabis ?

Bien que le cannabis ne génère pas le niveau de dépendance et d'addiction que d'autres types de substances, même celles qui sont légales, comme par exemple l'alcool, une consommation excessive et prolongée aura des conséquences. Il existe néanmoins actuellement des thérapies et des centres spécialisés permettant de traiter la dépendance au cannabis. La première étape, et sûrement la plus importante, serait que la personne souffrant d'addiction soit capable de reconnaître le problème afin d'obtenir les informations sur sa situation et la façon dont elle peut y remédier.

Ensuite, il faudra chercher de l'aide, une assistance médicale spécialisée pour réussir à réduire ou stopper totalement la consommation. Le fait de reprendre des activités bonnes pour la santé comme par exemple le sport, les sorties entre amis et en famille, sera important pour se remettre sur de bons rails.

28/11/2017

Commentaires de nos lecteurs

3 commentaires
4,33 sur 5 (sur 3 commentaires d'utilisateurs)
Laissez un commentaire !

Lire les commentaires dans d'autres langues:

Contact

x
Contactez-nous