1500556917.74

Prévention biologique des attaques d'araignées rouges

  • Les attaques d’araignées rouges, un acarien également connu sous le nom de tétranyque tisserand (Tetranychus urticæ), figurent parmi les problèmes les plus fréquents que l’on peut rencontrer dans les cultures de cannabis, surtout lorsque le climat est chaud et sec.
  • Ces acariens, qui se régalent particulièrement avec notre plante favorite, peuvent ravager une culture s’ils ne sont pas détectés et éliminés le plus rapidement et le plus efficacement possible.
1500556917.74

Il existe bien certains produits acaricides issus de l'industrie chimique, mais pour deux raisons leur usage est rarement recommandé : d'une part car ceux-ci possèdent une toxicité plus ou moins importante pour vos plantes, pour vous-même et pour l'environnement, et d'autre part car les araignées rouges développement rapidement une certaine résistance face à ce type de molécules, ce qui les rend alors inefficaces.

Heureusement, il existe également plusieurs solutions naturelles pour contrôler ces acariens, que ce soit à l'aide de prédateurs ou de différents produits, que nous allons vous détailler dans cet article.

Le Phytoseiulus persimilis, acarien prédateur des araignées rouges

La lutte biologique consiste à utiliser des insectes ou acariens prédateurs, dont l'activité principale consiste donc à chasser les araignées rouges afin de les dévorer. Parmi ces prédateurs, l'un des plus efficaces est sans aucun doute le Phytoseiulus persimilis : les larves et les adultes de cet acarien recherchent activement leurs proies favorites, les attrapent facilement en étant beaucoup plus mobiles, et se nourrissent en aspirant l'intégralité de leur fluide corporel (bon appétit !), ne laissant qu'une carcasse desséchée en forme de petit point noir sur la surface des feuilles.

Pour la petite histoire, le Phytoseiulus Persimilis fut accidentellement importé en Allemagne en 1958, caché au sein d'orchidées en provenance du Chili. Un travail de recherche sur cet acarien a rapidement montré sa grande utilité contre les araignées rouges. On remarque au passage que l'adulte P. Persimilis est de couleur rouge vive, alors que les araignées rouges sont en fait souvent plutôt jaunes ou brunes.

Les nymphes de cet acarien prédateur se nourrissent des nymphes, des larves et des œufs de tétranyque tisserand, alors que chaque adulte est capable de dévorer quotidiennement jusqu'à 7 araignées rouges matures, ou bien une vingtaine de larves et d'œufs.

Il faut donc adapter le dosage des prédateurs en fonction du niveau d'infestation :

  • Usage préventif (aucune trace d'araignées rouges) : 2 individus par plante, à répéter tous les 14 jours
  • Usage curatif léger (premières traces d'araignées rouges) : 5 à 10 individus par plante, à répéter tous les 7 jours
  • Usage curatif lourd (grosse attaque d'araignées rouges) : 20 à 50 individus par plante, à répéter tous les 7 jours

Le prédateur P. Persimilis possède un cycle de vie deux fois plus rapide que sa proie, sa population augmente donc beaucoup plus rapidement, pour une efficacité de traitement croissante avec le temps. Les œufs sont pondus à proximité des foyers d'araignées rouges, pour faciliter la recherche de nourriture pour les nymphes. Lorsque toutes les araignées rouges d'une colonie sont éliminées, les adultes se dispersent sur les plantes à la recherche de nouvelles proies. Il est donc conseillé que toutes vos plantes se touchent, afin de faciliter cette dispersion.

À l'inverse d'un « traitement choc », la lutte biologique représente un excellent moyen de contrôler ces acariens ravageurs sur la durée, de manière efficace et naturelle, sans aucun danger pour vous-mêmes ni pour vos plantes de cannabis.

Pour que le traitement avec des Phytoseiulus persimilis soit vraiment efficace, il faudra cependant respecter certaines conditions :

  • Cet acarien est sensible à la sécheresse, il faut donc maintenir au moins 60 % d'humidité dans l'espace de culture, l'idéal se situant autour de 75 %. Utilisez si besoin un humidificateur, mais attention aux risques de moisissures surtout durant les dernières semaines de floraison.
  • Ce prédateur est également sensible aux températures supérieures à 30 ºC, l'idéal étant de rester entre 20 et 26 ºC, ce qui correspond également aux conditions idéales pour la culture du cannabis en intérieur.
  • Phytoseiulus Persimilis ne pourra pas survivre plus de quelques jours en l'absence d'araignées rouges, il faudra donc le réintroduire régulièrement dans votre espace de culture.

Amblyseius californicus et autres prédateurs efficaces contre les araignées rouges

Bien que les acariens de type Phytoseiulus Persimilis soient souvent le meilleur choix pour combattre le tétranyque tisserand, ce ne sont pas les seuls auxiliaires à pouvoir nous aider dans le cadre de cette lutte biologique.

Les acariens de type Amblyseius Californicus, aussi connus sous le nom Neoseiulus Californicus, sont également très efficaces contre les araignées rouges. Naturellement présents dans le bassin méditerranéen ainsi qu'en Amérique, les adultes ont une forme ronde, sont de couleur blanchâtre à jaune/orange, et se montrent particulièrement utiles lorsque les conditions ne sont pas idéales pour le Phytoseiulus Persimilis :

  • Il peut survivre davantage de temps en l'absence d'araignées rouges, en se nourrissant d'insectes comme par exemple de Thrips, ou de pollen, ou même par cannibalisme dans le pire des cas.
  • Il se développe plus rapidement lorsque les températures sont élevées, et reste actif à plus de 30 ºC.
  • Il est également moins affecté par les conditions climatiques trop sèches.

En cas de forte invasion d'araignées rouges, vous pouvez donc utiliser Amblyseius Californicus en complément de Phytoseiulus Persimilis, pour un résultat encore plus efficace. Mais en usage préventif ou en cas de faible attaque, choisissez plutôt l'un ou l'autre de ces acariens prédateurs, en fonction de vos conditions climatiques, car en l'absence d'araignées rouges les A. Californicus dévoreront les P. Persimilis.

Autre détail important, les A. Californicus étant moins mobiles que les P. Persimilis, il faudra les utiliser à un dosage environ 10 fois plus élevé, soit entre 20 et 500 individus par plante en fonction de leur taille et du niveau d'infestation.

Comme autre acarien prédateur efficace contre le tétranyque tisserand, on peut citer également Amblyseius Fallacis : d'apparence similaire à A. Californicus et originaire des vergers d'Amérique du Nord, cet acarien possède l'avantage de rester actif et de continuer à se reproduire à des températures plus basses que P. Persimilis et A. Californicus, et représente donc une bonne option de lutte biologique lorsque les conditions climatiques sont fraîches.

Parmi les autres auxiliaires pouvant être utilisés contre les araignées rouges, certains ne sont pas des acariens. On peut citer par exemple :

  • La petite mouche Feltiella Acarisuga, qui pond ses œufs sur les feuilles infestées par les araignées rouges, pour que les larves qui en sont issues puissent se nourrir de ces acariens à n'importe quel stade de leur cycle de vie (œufs, larves, nymphes et adultes)
  • La petite coccinelle noire Stethorus Punctillum, dont les larves et les adultes se nourrissent principalement d'araignées rouges. Ce prédateur a l'avantage de pouvoir voler, ce qui le rend particulièrement efficace pour repérer les foyers d'infection et pondre ses œufs directement au cœur des colonies.
  • Les larves de chrysope verte (Chrysoperla Carnea), très voraces, peuvent également se nourrir d'araignées rouges, bien qu'il ne s'agisse pas de leur nourriture favorite.

Quel que soit l'auxiliaire que vous choisissiez, voici quelques conseils d'utilisation afin d'augmenter les chances de réussite du traitement :

  • Dès la réception de vos auxiliaires, utilisez-les sans attendre, leur durée de vie étant très courte, surtout lorsqu'il fait chaud.
  • Avant de les ouvrir, placer les bouteilles ou les sachets contenant vos auxiliaires dans l'espace de culture, pour équilibrer la température et ainsi éviter tout choc thermique.
  • Dans le cas de petites bouteilles, pivoter et agiter celles-ci délicatement afin de bien répartir les prédateurs dans leur support (sciure de bois, vermiculite…), puis verser le contenu par petits tas sur les feuilles, à proximité des foyers d'araignées rouges. Laisser les bouteilles vides quelques temps dans l'espace de culture.
  • Si les auxiliaires sont livrés dans des sachets, ouvrir simplement ceux-ci et suspendre dans les branches au cœur du feuillage, à proximité des colonies de tétranyque tisserand.
  • Vaporiser de l'eau sur les plantes facilitera l'installation des auxiliaires, tout en défavorisant les araignées rouges.
  • Tailler les parties les plus infestées des plantes, afin de réduire la population d'acariens à éliminer : plus le lâcher d'auxiliaires sera effectué sur une population faible de ravageurs, plus l'efficacité du traitement sera rapide.

Dernière remarque très importante : n'utiliser aucun produit pesticide (insecticide, acaricide, fongicide...) avant, pendant et après l'introduction des auxiliaires. Si vous avez utilisé des produits avant, il vous faut absolument attendre quelques jours à plusieurs semaines, en fonction de la durée de vie du produit et de la toxicité de ses principes actifs envers les prédateurs que vous utiliserez (vous pouvez vous renseigner à ce sujet auprès du fabricant).

Produits préventifs contre les araignées rouges dans les cultures de cannabis

Il existe également de nombreux produits permettant de lutter naturellement contre les araignées rouges, et notamment de manière préventive. Comme expliqué précédemment, il faut cependant choisir entre l'utilisation d'auxiliaires tels que les acariens prédateurs, et les différents produits acaricides que nous allons vous présenter maintenant, car ces derniers agiront autant contre les « bons » acariens que contre les « mauvais », sans aucune distinction.

D'après notre expérience, les produits les plus efficaces pour éviter les araignées rouges dans les cultures de cannabis sont :

  • Les extraits de cannelle, tels que ceux contenus dans le Cinnaprot d'EcoProtec, sont efficaces contre les araignées rouges adultes, mais pas contre les œufs.
  • Le savon potassique est de son côté particulièrement efficace pour étouffer les œufs des araignées rouges, et représente donc un bon traitement complémentaire de la cannelle.
  • La décoction de prêle, le purin d'ortie ou les extraits d'ail sont également utiles pour lutter contre les araignées rouges, en usage préventif ou en cas de faible attaque.
  • Le produit Spider Plant d'Agrobacterias, de même que le maintenant célèbre Super Kukulus, stimulent les défenses immunitaires des plantes de cannabis, ce qui les aide à se protéger des attaques d'araignées rouges.
  • L'huile de neem, extraite du Margousier (Azadirachta Indica), ainsi que le pyrèthre, extrait de la fleur de chrysanthème, possèdent également une certaine utilité contre les araignées rouges, bien qu'ils soient souvent peu efficaces en cas de grosse attaque.
  • L'acaricide SpiderMite Control est spécialement conçu pour éliminer les araignées rouges. Il faut toutefois l'utiliser avec précaution, sa formule à base d'huile pouvant parfois étouffer les jeunes feuilles les plus fragiles.

Dans tous les cas, il sera très important d'effectuer une rotation dans les produits utilisés, pour repousser les araignées par différents moyens et limiter le risque qu'elles ne deviennent résistantes, ce qui se produit facilement lorsqu'on utilise un seul produit.

Pour terminer, nous souhaitons vous rappeler que la prévention des araignées rouges dans vos cultures de cannabis dépend aussi de facteurs importants qu'il est possible de contrôler pour limiter les risques d'attaque. Essayez notamment de cultiver sous un climat qui ne soit pas trop chaud ni trop sec, les araignées rouges détestant l'humidité. Durant les phases de croissance et de stretch vous pouvez éventuellement vaporiser de l'eau quotidiennement sur vos plantes.

Maintenir d'excellentes conditions d'hygiène dans votre espace de culture permet aussi d'éviter bien des problèmes : les araignées rouges n'arrivent pas toutes seules sur les plantes de cannabis, et lorsqu'il s'agit d'une culture en intérieur, c'est bien souvent le cultivateur qui introduit lui-même d'une façon ou d'une autre les acariens dans sa culture. Les échanges de boutures ou de plantes entre cultivateurs, sont ainsi hélas un excellent moyen de s'échanger des araignées rouges.

Enfin, comme toujours nous vous conseillons d'observer vos plantes le plus régulièrement possible, afin de pouvoir réagir au plus vite dès les premières traces d'araignées rouges, constituées de petits points clairs très caractéristiques sur la surface supérieure des feuilles.

Maintenant que vous savez comment éviter les araignées rouges, nous vous souhaitons de belles cultures de cannabis !

Principales sources utilisées pour la rédaction de cet article :

20/07/2017

Commentaires de nos lecteurs

Il n’y a pour l’instant aucun commentaire. Vous voulez être le premier ?

Laissez un commentaire !

Contact

x
Contactez-nous