1507293341.85

Pourquoi choisir une lampe HPS ou une CFL ?

  • À l'heure de construire notre chambre de culture en intérieur, une question assez courante revient sans cesse : quel est le meilleur matériel pour ma culture de cannabis ?
  • Un des premiers éléments techniques qui nous vient rapidement à l'esprit est l'éclairage, car il s'agit d'un besoin vital pour assurer la croissance et le bon développement de nos chères plantes.
  • Dans ce post, nous allons donc nous intéresser à deux types d'éclairage très différents, mais utilisés par de nombreux cultivateurs, la lampe à sodium (HPS) et la lampe CFL.
1507293341.85

Qu'est-ce qu'une lampe HPS ?

Une lampe HPS (Haute Pression Sodium) est en réalité une lampe à décharge dont la luminescence est assurée grâce à la vapeur de sodium. Il existe deux types de lampes à sodium, les lampes à vapeur de sodium haute pression, qui permettent d'obtenir une lumière de couleur jaune-orangée, et les lampes à vapeur de sodium basse pression, qui produisent une lumière dans laquelle la couleur orange domine clairement.

Cette invention a vu le jour au début des années 1930, suite au travail d'un physicien américain nommé Arthur Compton. C'est ensuite en 1932 que les premiers modèles furent fabriqués par Philips (entreprise hollandaise) et Osram (entreprise allemande). Cependant ce n'est qu'en 1950 qu'elles connurent une évolution assez importante, car une innovation technique permit alors la conception d'une monopièce dans laquelle le tube à décharge était enfermé sous vide. Cette innovation a permis de fiabiliser ce système et de réduire sa fragilité dans le même temps.

Dans notre cas, nous nous intéresserons à la lampe à vapeur de sodium haute pression, car c'est tout simplement le modèle qui correspond le mieux pour l'horticulture, et la culture du cannabis.

À partir de 1970, ces lampes commencèrent à être commercialisées et fabriquées en série. Cependant, leur utilisation s'est rapidement vue limitée à l'éclairage routier (dans les années 80) dans de nombreux pays du monde entier et certains sites industriels. Cela s'explique sûrement par leur couleur qui n'est pas des plus agréables pour l'œil humain.

Elles sont néanmoins largement utilisées dans le monde horticole depuis de nombreuses années, notamment dans des pays comme les Pays-Bas, un pays situé dans le nord de l'Europe, une zone dans laquelle la luminosité est assez limitée tout au long de l'année. Elles sont fortement appréciées pour leur spectre « rouge intense » indispensable lors de la floraison ou fructification.

Bien qu'une révolution technologique semble être en marche actuellement (notamment avec les lampes à Led), ces lampes assurent toujours le meilleur développement à nos plantes à ce jour, particulièrement lors de la floraison. Aucune autre lampe n'a pu démontrer les mêmes performances lors de cette période, et plus particulièrement en termes de production

Elles sont le plus souvent disponibles dans les puissances suivantes : 250 W, 400 W, 600 W et 1000 W. À savoir que l'on peut aisément utiliser les modèles de 250 et 400 W pour l'ensemble du cycle (croissance et floraison, dans le cas où vous ne pourriez pas utiliser d'éclairage CFL, MH ou encore de néons fluorescents lors de la croissance). 

En Europe, les modèles de 250 W sont peu utilisés, préférant ceux de 400 et 600W. Cependant aux Etats-Unis et au Canada, ce sont plutôt les lampes de 1000 W qui rencontrent le plus succès parmi les cultivateurs. Afin de conserver des performances optimales, nous conseillons de remplacer les ampoules HPS tous les ans ou au bout de 4 cycles de culture complets.

 

Qu'est-ce qu'une lampe CFL ?

Une lampe CFL (Compact Fluorescent Light) est en réalité une ampoule à basse consommation, également appelée lampe fluo-compacte.

Sa conception est déjà bien connue, car il s'agit tout simplement l'adaptation d'un tube fluorescent industriel à usage domestique. Techniquement parlant, c'est un tube fluorescent produisant de la lumière, et dont le format a été miniaturisé par le biais de technique de pliage ou d'enroulage de matière.

L'ampoule est bien évidemment pourvue d'un culot qui assure la transmission du courant électrique, et dans lequel est incorporé le ballast électronique. Elles possèdent les mêmes avantages que les tubes fluorescents longitudinaux, à la différence que la plupart du temps le tube ne peut être remplacé individuellement. 

L'ampoule CFL est le fruit de l'évolution du travail d'un ingénieur américain nommé Peter Cooper Hewitt, qui inventa la lampe mercure basse pression. Le problème est qu'elle produisait une lumière bleue/verte, émettant des rayons UV, mauvais pour la peau, raison pour laquelle son usage a été restreint à l'industrie et aux studios photographiques. Hans Spanner, Friedrich Meyer et Edmund Germer ont ensuite apporté l'avancée technologique pour donner le produit que l'on connait aujourd'hui. 

Ils déposèrent un brevet en 1926 sur une lampe à haute pression de mercure, qui consistait à placer une couche d'un matériau fluorescent sur la face interne de l'ampoule. Ce qui permettait finalement de modifier la couleur de la lumière et d'obtenir une lumière blanche.

Plus concrètement dans notre cas, elles sont idéales pour la croissance des jeunes plantules ainsi que pour l'enracinement des boutures. Elles offrent l'avantage d'avoir une faible consommation d'énergie et d'avoir un prix plus accessible. Elles génèrent également peu de chaleur, ce qui sera un grand avantage pour les personnes désirant cultiver du cannabis dans des espaces très restreints. De plus, elles ont une longue durée de vie (23 000 heures environ), en comparaison avec la plupart des modèles du marché.

Concernant ses points négatifs, nous pouvons dire que ces lampes produisent des récoltes au rendement plus faible. En effet, il est nécessaire de placer les plantes très près de l'ampoule, car l'intensité lumineuse chute fortement avec la distance. 

Assez logiquement donc, vous devrez, lors de l'utilisation de ces dernières, adapter vos conditions de culture :

  • Il faudra placer vos plantes, jeunes plantules ou vos boutures à 10 ou 12 cm maximum de l'ampoule
  • Vous devrez limiter assez fortement l'arrosage car ce type de lampe ne produit que peu de chaleur, rendant le phénomène d'évaporation nul ou limité. Le taux d'hygrométrie devrait donc être plus stable.
  • Il est fondamental de cultiver des plantes de petite taille, car sinon le résultat ne sera pas satisfaisant. 

Il existe de nombreux modèles disponibles sur le marché, de 25 à 300 W : des modèles pour la croissance (dominance lumière blanche/bleue) et d'autres pour la floraison (dominance rouge). Les modèles les plus répandus qui pourraient vous intéresser sont ceux de 105 W, 150 W, 200 W, 250 W et 300 W.

Pour obtenir de bons résultats, nous préconisons le remplacement de chaque ampoule CFL après environ 18 000 heures de fonctionnement, car au-delà elles perdront de leur efficacité.

 En espérant que ces quelques explications éclaireront l'ensemble de vos doutes, bonne culture ! 

10/10/2017

Commentaires de nos lecteurs

Il n’y a pour l’instant aucun commentaire. Vous voulez être le premier ?

Laissez un commentaire !

Contact

x
Contactez-nous