vaporisation du cannabis

La vaporisation du cannabis

  • La vaporisation est un procédé utilisé en aromathérapie depuis les années 1950 et consistant à chauffer la plante en deçà de son point de fusion mais tout de même suffisamment pour dissoudre les résines psychoactives qui sont ensuite inhalées avec de la vapeur sans aucun goudron de combustion.
  • Ci-dessous, quelques bonnes raisons d’investir dans cette technologie.
vaporisation du cannabis

Photo Credit: Vaping360.com

1° BYE BYE LE TABAC

Hé oui, finit la queue chez le buraliste pour acheter son paquet si joliment décoré de publicités agréables à contempler, affublé de slogans sibyllins du type « Fumer provoque une mort lente et douloureuse ». Fini les taxes à 80% sur le paquet qui va bientôt franchir la barre des sept Euros. Finit l'odeur désagréable de la nicotine, les doigts et les dents jaunis. Car, c'est un fait, l'immense majorité des consommateurs coupent leur herbe avec une quantité variable de tabac. Leur principale motivation est d'en faciliter l'inhalation mais cette pratique est rejetée par la majorité des usagers thérapeutiques et aussi par quelques puristes, qui tiennent le tabac pour une drogue dure, addictive et particulièrement nocive.

2° PROTEGER SA SANTE

Pour l'instant, la majorité des « canabivapoteurs » sont des usagers thérapeutiques. Toutefois avec les campagnes successives de sensibilisation, l'idée selon laquelle il faut protéger son capital santé gagne de l'audience. Bien des arguments utilisés par les détracteurs du cannabis relèvent de la pure mauvaise foi, il faut toutefois bien leur reconnaître cette évidence : l'usage immodéré, comme pour l'alcool, peut nuire gravement à la santé. Toute fumée résultant d'une combustion et inhalée est potentiellement nuisible pour le système respiratoire. Celle du cannabis contient de très importantes quantités de goudrons et de monoxyde de carbone.

Par ailleurs sa température est supérieure à celle de la fumée du tabac, souvent filtrée. Enfin la majorité des fumeurs de joint inhalent plus longtemps et parfois plus intensément que les fumeurs de tabac. La vaporisation utilise une technologie dont l'efficacité préserve le corps de ces inconvénients qu'il est difficile d'ignorer à long terme. Les bénéfices attendus du vapotage ne concernent pas que le système respiratoire mais s'étendent à l'ensemble des fonctions vitales et de l'équilibre global.

3° ASSAINIR L'ATMOSPHERE

L'odeur dégagée par les émanations de vapeur chargée de cannabinoïdes est très différente de celle qui résulte de la combustion. C'est une odeur douce et sucrée, des plus agréables, qui ne peut être perçue que par les personnes situées à proximité immédiate. Par ailleurs, cette odeur n'est pas rémanente, ne laisse aucune trace sur les vêtements ou les cheveux et disparaît totalement en moins d'une minute. L'avantage en est donc aussi la discrétion : une valeur pour tous les usagers.

4° INVESTIR POUR ECONOMISER

Certes l'achat d'un kit de vaporisation reste un investissement un peu lourd. Les modèles haut de gamme, comme le VOLCANO coûtent autour de 450 € contre une centaine d'Euros pour les kits portables qui permettent de vapoter tranquillement et en toute discrétion à l'extérieur. A quantité de produit égale, le vapotage produit une ivresse cannabique largement supérieure à la combustion qui détruit une partie des principes psychoactifs présents dans la plante. Par ailleurs, il n'irrite absolument pas les poumons et la vapeur peut donc être inspirée et consommée plus facilement, plus agréablement, tout en optimisant l'effet compte tenu de la quantité consommée.

5° GERER ET MAITRISER SA CONSOMMATION

Issu des pratiques médicinales, la vaporisation permet de doser sa consommation en fonction de l'effet recherché bien plus précisément que l'infusion ou l'ingestion. Avec la plupart des vaporisateurs, la plante n'est chauffée que lors de l'inhalation, sans déperdition de vapeur entre les bouffées. De nombreux kits proposent la possibilité d'utiliser plusieurs températures de chauffage. Un usager averti confiait qu'il lui avait fallu une ou deux semaines pour apprendre à utiliser à fond toutes les possibilités de l'outil mais que le vapotage avait changé à jamais sa façon de fumer, de consommer. Il conseille de réserver à cet usage les meilleures têtes de la plante, celles situées au sommet et ayant reçu plus de lumière. Avec les têtes moins dotées, on peut fabriquer de l'huile par dissolution des principes psychoactifs dans de l'alcool.

6° L'AROME ET LA QUALITE

 Et le goût d'un bon joint d'Indica savamment dosé, diront les plus conservateurs ? Qu'ils attendent de goûter à celui d'une large bouffée de vapeur. Si le goût de la fumée est surtout celui du monoxyde de carbone, les vrais amateurs retrouveront intact dans les molécules de la vapeur le véritable, authentique et unique arôme contenu dans les terpènes de la plante. Bien sûr, on peut apprécier le goût d'une fumée, très différent d'une variété à l'autre, mais la combustion altère fortement l'arôme là où la vaporisation le transporte intact jusqu'aux sens du consommateur.

7° UNE AUTRE FACON DE CONSOMMER

Le contenu technologique d'un kit de vaporisation et les possibilités qu'il en a fait un accessoire très reconnu en milieu hospitalier, notamment au Canada et aux Etats-Unis. Pourtant, la vaporisation nous rapproche de la nature. Elle est aussi un moyen de s'initier en toute simplicité à l'aromathérapie et à la phytothérapie. Ces médecines dites douces proposent de nouvelles façons de se soigner simples et bon marché. De très nombreuses plantes médicinales peuvent être vaporisées (voir www.principesactifs.org/lesvapos/). Il faut bien sûr savoir rester prudent et prendre conseil dans les cas critiques auprès de spécialistes. Certes, lorsqu'on a pris depuis longtemps l'habitude de fumer, passer au vapotage nécessite une sorte de révolution culturelle.

8° CONDUCTION OU CONVEXION ?

Avec les kits fonctionnant avec un système de conduction, le cannabis est directement en contact avec la surface chauffante de l'appareil ce qui comporte quelques inconvénients : possible combustion ou début de combustion et aussi une difficulté accrue pour contrôler la température. Or, cette modulation fine de la température est un facteur clef à prendre en compte lors de l'achat d'un kit. En effet, la température au-delà de laquelle les différents cannabinoïdes présents dans la plante se vaporisent est comprise entre 157° et 220° Celsius. Les basses températures sont réputées pour leur effet planant et celle qui se situent en haut de l'échelle pour leur effet tonique et physique. Avec les systèmes à convexion, certes un peu plus chers, le cannabis est isolé de l'élément chauffant par un filtre et chauffé par un flux d'air brulant.

25/01/2016

Commentaires de nos lecteurs

Il n’y a pour l’instant aucun commentaire. Vous voulez être le premier ?

Laissez un commentaire !

Contact

x
Contactez-nous