thc principal

Combien de temps le THC reste-t-il dans le corps humain ?

  • Les tests de dépistage salivaires ou d'urine sont les méthodes les plus courantes de détecter le THC présent dans l’organisme. Vous pouvez bien souvent être contrôlé positif plusieurs jours après la dernière consommation.
  • Cela peut parfois être problématique lors des contrôles autoroutiers ou pour les emplois pour lesquels les employés doivent se soumettre à ce type de tests.
  • Il n’existe aucune estimation exacte en ce qui concerne la durée pendant laquelle ce cannabinoïde reste dans le corps humain, puisque cela dépendra du métabolisme, des habitudes et de la fréquence de consomme de chacun.
  • Il faut cependant savoir comment fonctionne ces tests, les facteurs pouvant affecter le résultat et la façon d'accélérer le processus d’élimination, si nécessaire.
thc principal

Les tests de dépistage de substances interdites sont de plus en plus courants lors de l'embauche. En France, l'entreprise ne peut réaliser ce genre de tests que si les fonctions du travailleur le justifient, c'est-à-dire s'il s'agit d'employés manipulant des machines, des produits toxiques ou dans un environnement dangereux.

Il existe donc, toujours une possibilité de perdre son travail pour avoir été contrôlé positif au THC après avoir consommé un peu de cannabis une simple fois, une semaine avant. Il est courant d'entendre que le corps met au moins 30 jours pour éliminer toute trace de ce cannabinoïde dans l'organisme, mais ce n'est pas une science exacte, car cela dépend du type de test réalisé, puisque certains possèdent des niveaux de sensibilité différents pour le détecter dans le corps humain.

Tout comme c'est le cas avec l'alcool, le cannabis n'affecte pas tous les individus de la même façon. Sa durée dans l'organisme dépend de l'organisme de chaque individu, de ses habitudes et de sa constitution morphologique. La fréquence de consommation, ainsi que les quantités seront aussi des facteurs importants, car ce n'est pas la même chose d'être un fumeur occasionnel et un habitué. Sachant qu'il existe toutes ces variables, il est très difficile de pouvoir prédire avec certitude la durée pendant laquelle une personne pourrait être contrôlée positif après sa dernière consommation.

Les types de tests et leur fonctionnement

Il existe de nombreux types de tests, basés sur l'analyse de matériels biologiques comme l'urine, le sang, la salive, le souffle, les cheveux, la sueur ou encore les ongles. Lorsque le cannabis est fumé, les taux de THC grimpent rapidement et temporairement dans le corps : en seulement 9 minutes les taux maximums sont atteints dans le flux sanguin. Après environ 30 minutes, les taux commencent à descendre et plus encore lors des heures suivantes, pour ensuite s'étendre dans les tissus et être métabolisés par le foie, laissant place aux métabolites dans le corps et mettre plusieurs jours pour disparaître.

Les cannabinoïdes présents dans le cannabis comme le THC et le CBD sont des composants métaboliques et liposolubles, c'est pourquoi ils s'accumulent dans les réserves de graisses présents dans le corps tout entier. Ce type de molécules est libéré plus lentement, raison pour laquelle il faudra plus de temps au corps pour se purger des traces restantes que pour d'autres substances, et tout particulièrement pour les usagers réguliers.

Le test le plus courant pour détecter la consommation de cannabis est le test salivaire, généralement utilisé par la Police lors des contrôles autoroutiers, mais le test d'urine est plus utilisé par les entreprises privées pour sa plus grande fiabilité. Le THC présent dans la salive reste entre 24 et 72 heures après la consommation selon certaines études. Il s'agit donc de tests n'indiquant pas forcément si vous vous trouvez sous les effets du THC, c'est pourquoi vous pouvez être positif si vous avez consommé du cannabis plusieurs jours avant, que vous ressentiez ou pas les effets psychoactifs.

Les contrôles d'urine détectent quant à eux une substance chimique différente, appelée THC-COOH. Elle est formée par la décomposition du THC dans le foie, et reste dans le corps plus longtemps que la substance psychoactive. Un mois après la dernière consommation vous ne serez pas positif aux tests d'urine, mais les taux de THC-COOH peuvent cependant être détectés dans un test capillaire multi-drogue jusqu'à 90 jours après la dernière consommation.

Quelle quantité de cannabis dois-je consommé pour être contrôlé positif ?

Dans les tests d'urine, il existe différents paramètres pour établir la limite de concentration de THC-COOH à partir de laquelle les résultats des tests peuvent être positifs. La concentration généralement utilisée dans les entreprises est de 50 ng/ml (nanogrammes par millilitres). Certaines sont plus strictes et prennent 15 ng/ml et d'autres plus larges avec 100 ng/ml. Cela dépend donc des entreprises pour le choix de limites pouvant impliquer un risque ou une quantité inquiétante dans l'organisme.

La concentration devant être présente pour que les tests salivaires soient positifs est encore plus faible : 5 ng/ml avec les tests de dépistage des drogues lors des contrôles autoroutiers et 1 ng/ml en laboratoire, ce qui a impliqué de nombreuses critiques pour le manque de fiabilité de ces tests buccaux. Selon certaines études, pour obtenir 50 ng/ml d'urine, pour le même d'individus cela représenterait 40 ng/ml de salive. Ainsi donc, un résultat de 5 ng/ml (Drug test 5000, utilisé par certaines polices) et 1 ng/ml (en laboratoire) sont de très petites quantités comparées aux 40 ng/ml nécessaires pour confirmer un excès de cannabis pour un test salivaire calibré de la même façon qu'un test d'urine (plus fiable).

Et elle sera même infime si nous la comparons avec celle des tests olympiques : Selon l'Agence Mondiale Antidopage (WADA/AMA) le seuil de détection dans le sport est de 150 ng/ml d'urine, une quantité atteinte avec une consommation (entre 4 à 6 heures avant la compétition) d'au moins 4 à 8 unités de résine de cannabis d'une grande pureté contenant entre 0,5 et 0,75 g de cannabis par unité.

La durée en fonction de la fréquence de consommation

Comme mentionné précédemment, chaque individu possède un métabolisme unique traitant le cannabis à un rythme différent, ce qui rend les estimations générales très difficiles à établir. Même des personnes du même sexe et du même âge peuvent avoir des processus d'élimination du THC très différents, à cause de styles de vie, d'habitudes alimentaires et de niveaux d'exercices physiques (les cannabinoïdes sont stockés dans les graisses) différents.

Certaines études ont essayé d'explorer le fond de la question au cours des dernières années afin de satisfaire tous ceux qui attendent avec impatience une preuve de ce type. Il semblerait que la variable la plus utile pour établir des paramètres de temps serait la fréquence de consommation de l'usager, puisque selon les tests réalisés, l'assiduité serait un des facteurs affectant le plus le résultat d'un test.

Une étude réalisée en 2006 par le National Drug Court Institute aux Etats-Unis a révélé la durée moyenne pendant laquelle un individu serait positif au cannabis en fonction de ses habitudes de consommation. Ainsi, les usagers occasionnels, qui fument parfois ou même pour la première fois, auront simplement des traces pendant 1 à 4 jours, étant positif à un test dont le seuil est de 50 ng/ml.

La durée augmente lorsque la personne consomme du cannabis plus régulièrement, puisque qu'elle pourra être contrôlée positif une semaine après le dernier contact avec le cannabis. Selon les indications montrées dans cette étude, il est peu probable qu'un consommateur régulier dépasse 50 ng/ml après 10 jours, il n'existe cependant aucune garantie qu'un fumeur habituel n'ait aucun métabolite de THC dans son organisme après tout ce temps. Certains des plus gros consommateurs de l'étude ont quand même été contrôlés positifs à des tests d'urine un mois après la dernière consommation.

Les facteurs permettant de faciliter l'élimination

Un des doutes les plus courants pour ces tests est de savoir si ces analyses d'urine affectent aussi les consommateurs de cannabis à taux élevé de CBD, le cannabinoïde le plus utilisé dans les traitements médicaux. Les huiles et les médicaments à base de CBD contiennent généralement de très petites quantités de THC, c'est pourquoi le risque est réduit. Cependant, si vous voulez être sûrs à 100 % que ces traces de THC ne donnent pas un résultat positif, il est préférable d'analyser avant le produit pour déterminer la composition exacte. Jusqu'à présent, les métabolites de tétrahydrocannabinol étaient le principal souci des consommateurs lors des analyses d'urine. Cependant, les risques peuvent être réduits.

Face à un test d'urine, la solution la plus rapide est de boire une grande quantité de liquides afin d'aider votre organisme à diluer les métabolites. En effet, la déshydratation peut être une des principales raisons d'un contrôle positif après plusieurs jours depuis la dernière consommation, à cause de la plus grande concentration de THC dans l'urine. Certains laboratoires spécialisés dans ces tests considèrent suspects les résultats lorsque les taux de concentration de créatinine (une substance produite par la déshydratation de la créatine) très faibles et peuvent demander de réaliser le test à nouveau ou encore le considérer comme positif.

Un régime alimentaire sain est aussi préférable, puisque le THC est stocké dans les graisses corporelles, le fait de ne pas consommer un excès d'aliments gras peut ralentir, voire donner un nouveau cycle de vie au cannabinoïde. Les aliments détox comme les fruits, les légumes ou encore le thé accélèrent le processus d'élimination de résidus de tétrahydrocannabinol. Les exercices de cardio, ou encore le sauna ou hammam, sont aussi de bonnes options pour brûler les graisses en suant, une façon simple et rapide d'éliminer les cannabinoïdes.

Avec l'augmentation de lois liées au cannabis, de nombreux emplois peuvent être perdus pour cela, il est assez dur de ne pas penser que nous devrons un jour avoir à réaliser un test de dépistage de drogues pour la consommation de cannabis. Dans le cas du cannabis, les chefs d'entreprises et les parlementaires n'ont toujours pas compris que celui-ci est bien souvent utilisé pour combattre certaines douleurs, ou tout simplement, pour aider à retrouver le sommeil, ce qui se traduira finalement par un meilleur rendement au travail. Ainsi, afin d'éviter toute surprise, il est important de connaître les effets du THC sur son corps, et d'agir en conséquence.

06/10/2017

Commentaires de nos lecteurs

3 commentaires
5 sur 5 (sur 3 commentaires d'utilisateurs)
Laissez un commentaire !

Lire les commentaires dans d'autres langues:

Contact

x
Contactez-nous