conseils cannabis cuisine

10 conseils pour utiliser le cannabis en cuisine que tout débutant devrait suivre

  • Si vous êtes intéréssé par le titre de ce post, il est évident que vous aimez le cannabis.
  • Vous êtes peut-être à la recherche d’une autre façon de consommer ou de fumer, par nécessité, par souhait ou tout simplement par curiosité. Vous voulez peut-être aussi le partager avec vos amis non-fumeurs. 
  • Quelle qu'en soit la raison, la cuisine cannabique est en effet une possibilité intéressante et simple.
conseils cannabis cuisine

Mais si en plus du cannabis vous aimer cuisiner, alors des moments de pur bonheur vous attendent. Le mariage de ces deux activités donne souvent des résultats extraordinaires et multiplie par deux le plaisir qu'un repas exquis et une défonce légendaire produisent.

Pour devenir un vrai chef cannabique, le seul moyen c'est l'entraînement, des heures et des heures à cuisiner et à goûter jusqu'à la perfection. Et puisque personne ne naît avec la science infuse, l'apprentissage est souvent semé d'erreurs et d'échecs. Ce n'est pas grave. Mais si vous avez vraiment envie de vous initier à cet art noble, voici quelques conseils que vous devrez lire avant de vous mettre aux fourneaux.

1. Pour commencer 

N'oubliez pas que le cannabis est liposoluble et non hydrosoluble. Pour libérer le THC, et donc pour qu'il fasse de l'effet, il est nécessaire de chauffer et de mélanger le cannabis à une graisse, huile, beurre, autres produits laitiers. Les thés de cannabis n'ont aucun effet. Le plus simple, c'est de préparer auparavant une huile ou un beurre cannabiques qu'on utilisera après dans les recettes. En tout cas, pas de cuisine britannique, bouillie dans de l'eau. Et si ce n'est toujours pas clair, pensez par exemple à deux plats de pâtes, des spaghettis à la bolognaise avec de l'origan, que l'on remplacera par du cannabis, que vous rajouteriez par-dessus le repas déjà préparé : ça ne marcherait pas. En revanche, une recette de pesto genovese où on remplacerait le basilic par du cannabis, en voilà un plat parfait à préparer avec du cannabis.

2. Poids et mesures

Maintenant que vous connaissez comment fonctionne le cannabis en cuisine, vous n'avez qu'à parfaire vous connaissances culinaires. En bon chef cuisinier, vous devez calculer les proportions des aliments utilisés dans vos recettes. Puisque vos expérimentations vont être dégustées par des invités, connus aussi sous le nom de "cobayes", faites très attention à ne pas trop en mettre. Un demi-gramme par personne, si vous utilisez des têtes ou 2 grammes si vous utilisez le reste de la manucure, c'est un bon point de départ, à la fois prudent et suffisant. Vous pourrez adapter les quantités à l'organisme de vos invités plus fréquents. Comme n'importe quel cuisinier, faites usage de la balance alimentaire qui est un instrument indispensable.

Et n'oubliez pas que tous les cannabis ne sont pas identiques et qu'ils n'ont pas tous la même puissance, ce qui rend tout conseil sur les quantités purement indicatif. Avec le temps et l'expérience, vous apprendrez à les calculer.

3. Température

Même si le THC a besoin d'être chauffé pour être libéré, l'excès de chaleur peut dégrader certains cannabinoïdes ; il est donc conseillé de le cuisiner pendant plus longtemps à des températures qui ne dépassent pas les 170° C. Et même si vous n'êtes qu'un apprenti cuisinier, le conseil suivant risque de ne pas être utile : n'utilisez pas le micro-ondes !

4. L'importance du goût

Vous devez goûter et améliorer vos recettes cannabiques. Si vous allez préparer un repas assurez-vous non seulement que ce que vous allez servir va défoncer, mais que c'est bon. L'expérience sera encore meilleure. En cuisine, le cannabis fonctionne un peu comme l'origan, le basilic ou la sauge. Elle se mélange très bien avec d'autres herbes et si vous vous en servez comme du beurre, son goût ne couvre pas les autres.

5. L'occasion adéquate

C'est mieux de ne pas cuisiner avec du cannabis lors du repas de Noël, même s'il est fort probable que les réunions familiales seraient nettement plus réussies. Il faut bien choisir les occasions, principalement si nous invitons des novices, bien les préparer dans des endroits où les gens peuvent se détendre et, si le temps le permet, bien profiter de l'expérience.

6. Pas de surprises pour les invités

Annoncer aux invités qu'ils viennent de manger un plateau de biscuits au cannabis, ce n'est pas très drôle. Et vous n'apprécierez certainement pas non plus si l'un d'entre eux commence à avoir des paranoïas ou des crises de panique ou n'importe quel autre symptôme psychosomatique, fruit de la peur. Sans oublier, bien évidemment les allergies, les intolérances, etc., dont ils peuvent souffrir et dont tu n'es pas au courant. Prévenez toujours à l'avance vos invités pour qu'ils sachent à quoi s'en tenir.

7. Temps et patience

Nous savons tous que le cannabis ingéré par voie orale peut prendre plus d'une heure à faire son effet, tout dépend des conditions et du système digestif de chaque personne. Mais il faut toujours se battre avec quelqu'un qui ne veut pas attendre (ce n'est pas cool !) et qui consomme une deuxième dose avec d'avoir digéré la première. Mauvaise idée. Servez un plat généreux à chaque invité mais ne les laissez pas se resservir.

8. Symptômes d'intoxication

Normalement, les effets extrêmes, telles les crises d'angoisse ou de panique, peuvent être contrôlés en laissant la personne dans un endroit tranquille et en lui parlant doucement pour lui expliquer que ces symptômes vont disparaître en quelques minutes et le rassurer. Physiquement, on ne peut pas parler d'overdose et rares sont les fois où on assiste à des effets autres qu'une baisse de tension (le connu jaune) : dans ce cas, il faut allonger la personne, surélever ses jambes pour que les genoux soient plus hauts que la tête.

9. Après le repas

Préparez une ambiance cool, avec des coussins par terre, de la bonne musique et des boissons rafraîchissantes pour calmer la soif inévitable. Faites en sorte de retenir vos invités pendant quelques heures pour qu'ils ne partent pas trop tôt ou, encore mieux, les inviter à rester dormir. Le sens de l'orientation est fortement altéré avec ces repas cannabiniques et il donc conseillé de ne pas avoir à aller plus loin que la salle de bains.

10. Cuisine cannabinique et alcool 

Il est possible que vous vous en fichiez, mais cannabis et alcool ne font pas bon ménage, encore moins quand le cannabis est consommé par voie orale. L'idéal c'est de faire ce genre d'expérience sans boire d'alcool, mais bon. Essayez alors d'offrir une seule boisson, du vin par exemple, en accompagnement, mais pas pour prendre une cuite. L'ébriété cannabique sera ainsi plus forte. Par contre, le cannabis se marie à merveille avec le chocolat et le café. Et tout bon hôte qui se respecte en offre toujours à la fin des repas.

Bon appétit et bonne défonce !

06/05/2014

Commentaires de nos lecteurs

Aún no hay comentarios. ¿Quieres ser el primero?

Laissez un commentaire !

Contact

x
Contactez-nous