« Ma consommation de cannabis a stabilisé mon corps. Ce n’est pas sorcier, c’est de la science neuro-cannabique »

  • Crystal Favel souffre d’une maladie neurodégénérative nommée démences fronto-temporales, un groupe de maladies rares affectant les régions cérébrales liées à la personnalité, au comportement et à la parole.
  • La canadienne n‘a cependant jamais abandonné, et lorsque la médecine traditionnelle n’a pu soulager les effets dévastateurs de sa maladie, elle s’est orientée vers le cannabis médicinal.
  • Connue sur les réseaux sociaux sous le nom de Lady G2, elle affirme avoir réussi à stopper la détérioration neurologique grâce à son huile de cannabis. Dans cette interview, elle parle de son expérience et partage sa recette de la LG2 Oilzheimer.

Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur votre maladie ?

Je souffre de démences fronto-temporales, une série de troubles cérébraux qui sera une variante de l'Alzheimer. Pour ma part, je souffre de la première dysfonction exécutive, qui donne lieu à une avancée précoce de l'Alzheimer chez les jeunes. J'ai été diagnostiquée le 14 novembre 2016, et depuis j'ai combattu le diagnostic terminal, souffrant de trouble de stress post-traumatique (TSPT), d'anxiété, de côlon irritable et de maladie diverticulaire. J'ai suivi un an de thérapie comportementale cognitive, de thérapie de conseil et d'occupation.

Quels sont vos symptômes et comment le cannabis vous aide-t-il ? Quelles sont les améliorations ?

Les démences fronto-temporales (DFT) provoquent des dommages cellulaires qui réduisent le lobe frontal du cerveau (derrière le front) et le lobe temporal (derrière les oreilles). C'est un groupe de troubles causés par la dégénération cellulaire, tout particulièrement des régions liées à la personnalité, au comportement et au langage. La DFT peut regrouper entre 20 et 50 % des cas de démences chez les personnes de moins de 65 ans, selon l'association Alzheimer. 

Les symptômes suivants ont été améliorés :

  1. Perte de jugement
  2. Perte d'empathie
  3. Comportement inapproprié en société
  4. Perte d'inhibition
  5. Comportement compulsif à répétition
  6. Perte de concentration ou d'organisation
  7. Humeur changeante et fréquente
  8. Problèmes d'élocution
  9. Problèmes d'équilibre ou de locomotion
  10. Perte de mémoire

Les améliorations visibles :

La DFT regroupe quatre troubles, qui pourraient être considérés comme les quatre étapes d'un diagnostic terminal. Les quatre troubles sont à l'origine des symptômes ci-dessus mentionnés. Certains seront plus visibles que d'autres, sachant que les symptômes sont différents en fonction de l'âge, de l'environnement et des génétiques. Et le cannabis traitent tous mes symptômes. Il est plus facile de décrire les améliorations d'une façon chronologique et d'expliquer quand les symptômes ont commencé à s'estomper. À l'époque où j'ai commencé à fabriquer ma propre huile, j'avais épuisé toutes les ressources médicales disponibles à ma disposition. En fait, à chaque fois que je voulais consulter un médecin, ça me rappelait combien j'étais malade.

Mon esprit était sombre, je ne pouvais même pas faire des phrases complètes. Je ne pouvais pas lire, ni écrire une phrase entière cohérente. Je ne voulais jamais sortir de chez moi et je refusais de parler aux étrangers. Et moins de deux jours après avoir commencé les micro-doses, mon mari a immédiatement remarqué la différence. J'ai commencé à aller mieux de jour en jour et à sourire plus souvent. Après avoir pris mon LG2 Oilzheimer pendant 6 mois, j'ai ressenti une amélioration dans mon énergie quotidienne.

En 1 an, j'ai pu observer que tous les symptômes principaux de détérioration de mon atrophie cérébrale avaient disparu. C'est alors que je me suis rendue compte que j'avais réussi à stabiliser ma détérioration cérébrale car mes bons jours étaient plus nombreux que les mauvais. En fait, j'ai recommencé à vivre normalement, à sortir de mon lit et à sortir en public, un grand pas en avant pour la guérison. Et grâce à mes séances d'équithérapie, auxquelles je vais toutes les semaines, j'ai pu réapprendre à faire confiance.

Les symptômes n'étaient plus aussi visibles et étaient plus intermittents. Mes maux de tête chroniques devenaient plus légers et moins fréquents. J'ai remarqué que mon humeur générale remontait et je n'avais plus l'impression de mourir. J'avais toujours du mal à me souvenir de certaines choses, mais je retenais de nouvelles informations tous les jours, c'était remarquable.

Ça fait maintenant deux ans que je consomme du cannabis médicalement. Depuis, j'ai non seulement stoppé la progression de ces troubles, mais j'ai également amélioré mes aptitudes cognitives de jour en jour. Je recommence à faire des plans d'avenir au lieu d'organiser mes funérailles. Je prends beaucoup de plaisir à cultiver mes remèdes et je me sers de cette thérapie de culture complexe pour réexposer mon cerveau à des fonctions exécutives.

Cela m'oblige à rester dans un environnement d'apprentissage constant dont j'ai besoin. Je passerai désormais ma vie à tester des plantes pour des thérapies cérébrales et à donner mon avis en fonction de ma tolérance et mes réactions. Ma consommation de cannabis a pu me rendre ma vie, une chose que mes médecins surveillent toutes les semaines.

Plus les gens essayent mon huile, plus ils sont convaincus de ma mission. Ce n'est pas sorcier, c'est de la science neuro-cannabique.

J'ai non seulement stoppé la progression de ces troubles, mais j'ai également amélioré mes aptitudes cognitives de jour en jour. Je recommence à faire des plans d'avenir au lieu d'organiser mes funérailles.

Quelles sont vos méthodes de consommation de cannabis ?

J'adore le vapotage, mais j'aime aussi fumer de temps en temps. Je trouve que les micro-doses d'huile et le vapotage sont suffisants pour m'aider pendant la journée. Je roule un joint lorsque j'ai un début d'attaques de panique, car ça m'aide à me calmer instantanément.

C'est là toute la beauté de cette plante, elle peut m'aider de différentes façons. Mais le plus gros problème c'est que cette huile dont j'avais besoin n'était pas disponible sur le marché.

La meilleure solution était donc de fabriquer cette huile vous-même ?

Oui, la meilleure solution était de fabriquer l'huile la plus pure possible, avec des taux élevés de CBD et une Kush THC. Mon plus gros problème était de mettre la main sur ces variétés pour continuer. J'étais vraiment nerveuse quand j'ai commencé.

Je devais tout d'abord chercher les meilleures variétés, avec toutes les caractéristiques que je voulais. Ensuite, tout le processus devait être organique, sans produits chimiques, sans maladies, sans pesticides, ni produits synthétiques. Naturel de but en blanc. Pour finir, je devais trouver un mentor, une personne capable de m'apprendre alors que j'ai un cerveau « cassé ». Ce n'est pas si simple de sauver votre vie, mais c'est ma meilleure décision.

Pourquoi avez-vous choisi ces variétés spécifiques ?

Après avoir découvert les bonnes variétés, j'ai créé une formule capable de traiter les symptômes de ma maladie neurodégénérative et de réduire la dégénération. N'oubliant jamais qu'il ne me restait que 3 à 10 ans d'espérance de vie, je devais apprendre rapidement et m'efforcer. Au final, en 2 ans, j'ai passé plus de 7600 heures à faire des recherches sur le neuro-cannabis. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il n'existait aucune formule ou journal de bord créé pour soigner ma maladie. J'avais donc une mission, chercher les taux les plus élevés de CBD (pour réduire l'inflammation)et des taux réduits de THC (pour le contrôle de la douleur), et le plus rapidement possible (autofloraison).

En avril dernier, une des variétés a attiré mon attention, votre OG Kush Autoflowering CBD. C'était le taux de CBD le plus élevé que j'avais pu trouver avec une plante autofloraison, et avec les propriétés des Kush que je recherchais. Plus tard, pendant l'été j'ai découvert la Dinamed CBD et la Dinamed CBD Plus, que j'ai voulu me procurer au plus tôt.

Le monde doit savoir que ces variétés sont idéales pour les huiles médicinales. Et Dinafem Seeds a su s'orienter vers un marché dans lequel les cultivateurs souffrant de problèmes cérébraux chroniques et de douleurs corporelles peuvent cultiver une grande dose de CBD assez rapidement, avec juste le taux de THC nécessaire pour offrir une sensation claire et une euphorie légère.

Autrement dit, des plantes suffisamment rapides pour pousser et faire de l'huile en 3 mois. Ce n'est pas un processus facile, mais c'est la partie la plus drôle de ma vie.

Un côté négatif de l'utilisation de l'huile ?

Le seul problème c'est que je ne peux pas tester mon huile en laboratoire. C'est un soucis, surtout sachant que je dois à tout prix éviter l'euphorie, car dans le cas contraire ça déclenche terriblement mes symptômes. C'est un équilibre très délicat. Mon huile est très spéciale : c'est un mélange d'Oméga-3 enrichi, fraîchement récolté, à large spectre, sans insectes, sans pesticides, sans produits synthétiques, sans produits chimiques, sans moisissure, une huile 100 % organique et je le surveille 24/24 et 7/7.

Mes exigences sont élevées car c'est un contre-la-montre. Mon petit jardin est mon gilet de sauvetage. Je cultive des plantes, nous avons une relation symbiotique et elles me sauvent la vie. Ça entraîne mon cerveau et ça m'oblige à faire marcher ma mémoire. J'ai l'impression de pouvoir faire presque tout ce que je veux à présent.

Mon petit jardin est mon gilet de sauvetage. Nous avons une relation symbiotique et elles me sauvent la vie.

Avez-vous essayé d'autres variétés ?

Oui, bien sûr. Il est important d'en essayer le plus possible, et de choisir les variétés qui m'aident le plus. J'ai commencé à cultiver en mars 2016. C'est un long processus d'apprentissage à cause de mes problèmes cognitifs qui m'empêchent de bien mémoriser et de parler.

J'oublie tout, alors je dois tout écrire et j'ai dû établir un protocole pour le futur. Mon rêve serait de rester en vie plus longtemps que l'affirme mon espérance de vie, car j'adore cultiver ces variétés. C'est toute ma vie et je ne peux imaginer faire autre chose.

Certaines variétés marchent-elles mieux que d'autres ?

Ma combinaison préférée est : variété Indica + variété à taux élevé de CBD, avec quelques pointes Sativa pendant la journée. Le problème avec les autres variétés à taux élevé de CBD que j'ai cultivées est qu'elles mettent très longtemps à pousser. Parfois jusqu'à 16 semaines et je n'ai tout simplement pas le temps d'attendre. Surtout si je me loupe avec une plante, c'est un temps critique qui serait perdu. Ce n'est pas du boulot, c'est une mission pour sauver ma vie, le temps est précieux pour moi, tout comme mes ressources en tant que patient. Je suis à la recherche des variétés ultimes et que j'ai créé des formules pour les huiles capables, avec certaines thérapies cérébrales, de stabiliser ma maladie pour l'instant.

Certes, j'ai de nouveaux symptômes, mais j'apprends deux fois plus vite que le processus de détérioration d'une neurogénèse adulte et je réapprovisionne mon système endocannabinoïde déficient avec mon huile miracle. J'espère qu'un jour j'arrêterai de souffrir grâce au cannabis légal, mais je garde espoir.

Le cannabis est-il le remède pour les maladies neurodégénératives ?

Pour répondre à cette question, il faudrait examiner les dommages cérébraux et déterminer combien de cet handicap est permanent. La partie sombre de mon cerveau peut être décrite comme « la partie aveugle », où je n'ai aucune idée de ce qui est dit ou fait, sans comprendre de quoi les gens parlent ou tentent de m'expliquer. Je n'arrive pas à trouver mots et ça paralyse chacun de mes gestes.

Je suis juste une aiguille dans une bote de foin, impossible d'aller de l'avant. Je suis un animal face aux feux d'une voiture, qui ne voit pas dans le noir. C'est toujours là… pourrais-je retrouver pleinement les fonctions de cette partie de mon cerveau ? Seul l'avenir nous le dira. Il est important de noter que j'ai toujours la plupart de mes symptômes, mais qu'ils sont moins forts.

J'ai toujours des problèmes pour parler, mais pas accès aux thérapies du langage, donc certains symptômes sont toujours présents sans intervention thérapeutique. Cette interview a finalement été réalisée à l'écrit car, dans le contraire, je ne pourrais pas exprimer ces pensées avec une telle exactitude, ça me prendrait deux fois plus de temps à lire et écrire.

Lorsque je manque des jours d'étude, à écrire ou des doses de mon huile, je sens que mes symptômes peuvent facilement repartir. C'est une routine que je vais devoir faire tous les jours pour entraîner mon cerveau et mon corps. Mon environnement est parfois stressant, et je régresse ou j'ai des épisodes de panique où je suis incontrôlable.

Je suis souvent affectée par le comportement des autres personnes envers moi. Heureusement, je peux me sortir de ces attaques d'anxiété ou de panique à l'aide de mon vaporisateur ou ma pipe dans les cas d'urgence, car ça m'aide à me calmer. C'est toujours un combat, mais je gagne la guerre avec le cannabis comme arme organique de choix.

J'accepte le fait que je ne serai sûrement plus jamais la personne que j'étais avant l'atrophie cérébrale. Je fais tomber mes plantes et mes graines, ou mon verre quand je marche. Parfois je trébuche et je tombe, mais je me relève avec l'aide de mes amis.

Je réalise que j'ai souffert de dommages cérébraux irréparables qui ont changé ma façon de vivre à tout jamais, mais je fais avec. Aucun amour perdu quand vous vous aimez. On a tous subi un traumatisme d'une certaine façon, on doit tous s'adapter et surmonter cela pour permettre au cannabis de vous aider dans le processus génétique de régénération cellulaire.

Vous devez désirer cela si intensément que vous voudrez plus que de simples micro-doses d'huile de cannabis. Vous devez en faire une obligation pour croire en la plante la plus intéressante de planète. Lorsque j'ai cloné ma première plante, j'ai commencé à envisager de créer de nouvelles cellules cérébrales. Si une plante peut revégéter, pourquoi mon cerveau ne pourrait-il faire de même ?

Vous devez vous immerger dans les études de médecine fonctionnelle et de neuroscience, pour alimenter le corps au complet, en utilisant le cannabis de plusieurs façons différentes. Vous devez étudier ce que vous dit votre corps et être attentif aux changements nécessaires.

Comme un joueur de foot, vous devez entraîner votre corps et votre esprit pour gagner. Je sais que mes problèmes ont provoqué des changements cellulaires dans mon cerveau, c'est évidemment désormais. J'ai simplement commencé à cultiver du cannabis parce que je n'avais pas envie de mourir en souffrant. Je n'avais aucune idée que j'allais me sentir mieux avec le temps.

La culture est devenue une gymnastique cérébrale, un programme, des maths, un journal de bord et des aptitudes sociales qui m'occupent et m'offrent un apprentissage continu.

Je réapprends certains mouvements grâce à la répétition, et mon avenir est plus clair et motivant. Après tout, pourquoi une personne souffrant de démence ne pourrait-elle pas écrire tous les jours d'une façon positive ? Il y a toujours de l'espoir. Je pense que le cannabis est un remède pouvant sauver des vies s'il est pris dans de bonnes doses, avec les thérapies, les études, et avec le bon mode de vie. Vous ne pouvez pas vivre en faisant la fête et penser que la LG2 Oilzheimer va vous sauver. Encore une fois, les produits détox et les superaliments sont une part importante pour nettoyer votre système endocannabinoïde.

En éliminant les relations toxiques, vous tracerez une route positive. Mes amis m'apportent un soutien inconditionnel et comprennent mes besoins, parfois même mieux que moi. La communauté cannabique est différente des autres, et tout commence avec une graine qui éclot. Nous ne pouvons pas oublier les breeders capables de développer et d'offrir des génétiques parfaites pour des personnes comme moi, en sachant qu'ils s'orientent vers une part de marché qui pourrait sauver des vies. Maintenant, ce chemin est tracé et vous en avez entendu parler.

Vous pouvez découvrir mon blog où je poste toutes mes recherches sur le neuro-cannabis.

La décarboxylation maison et les instructions de la MB2 « Recette de la LG2 Oilzheimer 3.0 » (susceptible de changer)

« Récolte fraîche/sèche, organique, à large spectre, avec un effet entourage complet, une plante complète, enrichie en Oméga-3, sans insectes, sans pesticides, sans solvants, sans alcool, sans moisissures, naturelle, cultivée avec éthique, pour une médecine alternative sous forme d'huile médicinale. »

Équipement :

  • Un four
  • Une MB2 Magical Butter Machine (avec un gant thermique MB et un sac de tamisage)
  • Une balance
  • Une toile à fromage avec des clips
  • Des gants de protection
  • Une feuille de cuisson recouverte de papier aluminium
  • Une feuille de papier ciré
  • Un verre doseur en pyrex (1 L)
  • Une cuillère à café
  • 1 à 3 bocaux de 450 grammes avec fermeture hermétique (ou plus grand, selon vos besoins

Ingrédients :

 

  • - 50 à 100 grammes de têtes fraîches* et sèches et organique à taux élevé de CBD et de têtes faibles en THC.
  • 30 à 90 grammes de feuilles organiques fraîches ou congelées (rincées) rétrécira considérablement
  • 4 verres d'huile l'olive vierge extra organique ou d'huile de coco organique (de qualité)
  • 4 cuillères à café de lécithine de Tournesol (1 cuillère à café par verre d'huile)

*Le terme « têtes fraîches » fait référence aux têtes juste après la période d'obscurité. Vous aurez besoin de deux fois plus de têtes fraîches, car quand vous les décarboxylerez, elles réduiront considérablement de taille. Les « récoltes fraîches » permettent d'utiliser les têtes et les plantes en évitant une manipulation et un traitement excessifs, et de perdre les précieux trichomes. En théorie, c'est censé apporter plus de puissances et une saveur plus propre. Mais certains disent que les têtes affinées peuvent améliorer la saveur de l'huile et apportent de véritables flavonoïdes pouvant réduire la douleur, l'inflammation et le risque de nombreuses maladies. Mais attention, si vous utilisez trop de têtes sèches ou humides, vous pourriez déclencher certains symptômes.

Étapes de fabrication :

  1. Préchauffez le four à 110 ºC. Placez une feuille en aluminium sur la plaque de cuisson pour conserver les caractéristiques des trichomes/cristaux pendant la décarboxylation.
  2. Mettez vos gants sanitaires, et gardez un espace propre et ordonné. Attachez vos cheveux ou utilisez un filet de cuisine et portez une blouse, si possible.
  3. Éparpillez les parties végétales sur la plaque de cuisson.
    Pendant la décarboxylation au four, les feuilles et les têtes auront une durée différente, en fonction de la forme et de la diversité. Les têtes ne devraient pas être plus grosses qu'un pouce.
    Découpez doucement les têtes à la main afin d'éviter d'endommager les trichomes. Retirez les branches et les végétaux indésirables (jaunes/très flétris/feuilles fanées). La qualité et les matériaux propres sont très importants.
  4. Placez la plaque de cuisson exactement au milieu du four (ajustez la hauteur si nécessaire). Laissez les végétaux décarboxyler à cette température pendant environ 1 heure et 10 minutes, ou jusqu'à ce que les têtes soient dorées et les feuilles vert foncé. Gardez toujours un œil sur l'avancée pour parfaire la technique (les fours peuvent varier, comme les têtes et les feuilles qui pourraient être plus petites).
    Vérifiez de temps en temps pour éviter de tout brûler.
    L'arôme sera très présent, vous devriez vous y préparer.
    Lorsque c'est prêt, vous devriez sentir une odeur incroyable, semblable à des marrons grillés, préparez-vous donc à imbiber toute votre maison de cette odeur.
  5. Retirez la plaque de cuisson du four et attendez qu'elle refroidisse. Ça ne prendra pas trop longtemps.
  6. Placez une feuille de papier ciré sur le plan de travail, suffisamment long pour y placer tout le matériel à décarboxyler.

  7. Réunissez toutes les têtes et le matériel végétal décarboxylés et effritez-les avec précaution sur le papier ciré. Elles ne devraient pas être humides, si c'est le cas, elles devront passer plus de temps au four.
  8. Placez doucement toutes les têtes et les végétaux dans la MB2 en pliant le papier ciré au milieu, comme des feuilles à rouler, et glissez-le dans la MB2.
    Ne le faites pas tomber, les personnes souffrant de problèmes cérébraux trembleront parfois.
  9. Ajoutez de l'huile d'olive virgen extra (ma préférée) dans la MB2, et recouvrez tous les végétaux.
    Assurez-vous que l'huile et l'encoche minimale à l'intérieur de la machine. Les ingrédients ne seront pas mélangés correctement si l'huile n'est pas au-dessus de l'encoche.
  10. Ajouter la lécithine de tournesol dans la MB2 et étalez-la (vous devez utiliser de la lécithine de tournesol, pas des substituts). C'est une colle naturelle et un remède cérébral.
  11. Fermez la MB2 et baissez la température jusqu'à 70.
  12. La durée est de 8 heures. Cela fera du bruit pendant le temps et la MB2 bipera quand ce sera terminé.
  13. Arrêtez-la et rapprochez-la de l'évier.
  14. Placez le verre doseur en Pyrex dans l'évier ou à un endroit ne craignant rien (l'huile est chaude et peut facilement éclabousser).
  15. Mettez vos gants thermiques et gardez le sac de tamisage au-dessus du verre doseur en Pyrex, vous assurant que la maille est bien à l'intérieur du verre doseur (pour éviter les pertes pendant le versement).
  16. Versez soigneusement le contenu de la MB2 dans le sac de tamisage (les gants thermiques devront tenir le sac, pour vous protéger des huiles brûlantes) ou la toile à fromage avec des clips pour serrer. Versez doucement et la plus grande quantité possible, même la partie marronne du bas, si possible, avec la plante entière et toutes les têtes cultivées.
  17. Laissez reposer pendant la nuit sur le plan de travail, couvrez d'un film plastique et d'une légère serviette pour refroidir, et évitez l'exposition à la lumière ou à l'air.
  18. Attendez 24 heures pour verser l'huile dans un pot à travers la maille pour le tamisage une fois de plus jusqu'à ce que vous soyez satisfait de la consistance de l'huile. Si vous ne voulez pas de matière végétale dans votre huile, vous pouvez tamiser de fois plus, mais utilisez un plus grand bocal pour y attacher le tamis.
  19. Fermez le bocal hermétiquement et placez-le dans un endroit frais et sombre. Si vous avez prévu d'en consommer directement, réduisez au maximum l'exposition à la lumière et à l'air. Vous pourriez avoir envie d'en faire des capsules ou des flacons compte-gouttes pour des micro-doses, c'est pourquoi vous pouvez stocker de petites quantités dans un endroit frais et sec, en bas du frigo. N'oubliez pas de toujours remuer vos huiles car avec le temps elles durciront.
  20. Personnalisez votre huile en fonction de la tolérance de la personne et des membres de la famille. Si la personne n'a jamais utilisé de cannabis auparavant, elle pourrait avoir envie d'avoir recours à une faible quantité de matériel pour commencer. Si elle en a déjà consommé, elle pourrait vouloir augmenter la quantité. Vous aurez donc besoin des deux, du CBD pour réduire l'inflammation et le THC pour les douleurs générales. Ils marchent ensemble pour renforcer le système endocannabinoïde.
  21. Cette huile Oilzheimer, avec des thérapies cérébrales naturelles, a rallongé mon espérance de vie et m'a redonné espoir. Je souhaite dédier cet article aux malades de démences, d'Alzheimer, de maladies neurodégénératives et des soignants de toute la planète.
13/02/2019

Commentaires de nos lecteurs

1 commentaire
5 sur 5 (sur 1 commentaire d'utilisateur)
Laissez un commentaire !

Lire les commentaires dans d'autres langues:

Contact

x
Contactez-nous