mythes plante cannabis

Vrai ou faux : démontage des mythes sur la plante de cannabis

  • Rumeurs, mythes, légendes... Le monde du cannabis est plein d’histoires et de croyances qui souvent sont sans fondement.
  • Le manque de régulation entraîne un manque d’information claire, fondée et véridique.
  • C’est pourquoi aujourd’hui, nous nous sommes lancés dans une révision des mythes qui entourent cette fameuse plante, aussi désirée par certains que détestée et redoutée par d’autres.
  • Nous allons disséquer toutes ces légendes urbaines sur le cannabis pour tenter de voir ce qu’il y a de vrai dans chacune d’elles. Ça vous dit ? Allons-y.
mythes plante cannabis

Avoir jusqu'à deux plantes de cannabis à la maison est légal

Faux

En Espagne, avoir jusqu'à deux plantes de cannabis n'est pas légal. Bien que depuis qu'est entrée en vigueur la nouvelle loi sur la sécurité publique le 1er juillet 2016, cela est dépénalisé. La loi espagnole stipule que l'auto-culture dans des lieux non visibles par le public (intérieurs, serres, cours arrières) ne constitue pas une infraction. Ce qui est précisément présenté comme infraction grave dans l'article 36 paragraphe 18 est : « L'exécution des actes de plantation et de culture illicites de drogues toxiques, de stupéfiants et de substances psychoactives dans des lieux visibles par le public, lorsque ceux-ci ne constituent pas d'infraction pénale ».

Cela donne lieu à une interprétation si vous avez des plantes de cannabis en quantité pouvant être considérée à destination d'une consommation personnelle et dans un lieu non visible par le public, si un voisin vous dénonce et la police se rend à votre domicile, le juge devra déterminer que cette sanction n'est pas applicable. Bien que cela ne peut être garanti à 100 %.

La consommation de la plante de cannabis provoque le développement de maladies mentales telles que la schizophrénie

Faux

Cette affirmation ne peut être prise comme une sentence entièrement véridique car la consommation de cannabis n'implique pas que l'usager va nécessairement développer une maladie mentale. Oui, il est vrai que sur ce point de nombreuses études scientifiques réalisées concluent que la consommation de cannabis (dans la plupart des cas, de manière assidue et/ou abusive), peut provoquer chez les personnes ayant une prédisposition génétique le développement de certaines maladies mentales. Ce risque est associé à un début de consommation à un jeune âge, à une fréquence élevée de consommation de cannabis et à certaines prédispositions génétiques.

D'après les recherches réalisées dans ce domaine, le cannabis pourrait être un facteur déclencheur. Ces études montrent que le tétrahydrocannabinol (THC), un des principaux composants du cannabis, agit sur les récepteurs du système endocannabinoïde en augmentant les niveaux de dopamine, ce qui pourrait causer un excès de stimulation de ces récepteurs qui, dans certains cas très concrets, peut dériver sur la présence de symptômes psychotiques qui peuvent entraîner la schizophrénie ou un autre type de trouble psychotique. Il faut préciser que les études qui mentionnent la possibilité que le cannabis soit un facteur de risque pour le développement de maladies mentales, font allusion à l'abus et à l'addiction à cette substance.

Le lien du cannabis avec les maladies mentales est une aire diffuse où différents facteurs jouent un rôle important (prédisposition génétique, abus et conditions personnelles de l'individu), il n'est donc pas possible d'établir une relation de cause à effet.

Le cannabis est plus sain que le tabac

Faux

Faire cette affirmation équivaut à mélanger les torchons et les serviettes. Le tabac est une substance hautement nocive pour la santé, c'est vrai, mais comparer sa consommation avec celle du cannabis et affirmer que ce dernier est plus sain, est tout simplement très flou. Sur quels paramètres nous basons-nous ?

Il existe de nombreuses façons de consommer du cannabis, la plus habituelle est le joint, qui est très souvent mélangé avec du tabac, donc cette pratique comporte les risques de fumer du tabac associés à ceux de consommer du cannabis. Il est prouvé que le tabac provoque 90 % des cas de cancer des poumons, et sa consommation peut créer de sérieux problèmes au niveau artériel et cardiaque, tandis qu'il n'existe aucune étude prouvant cela avec la consommation de cannabis seul, à savoir que si nous parlons de cancer des poumons, le tabac est beaucoup plus nocif que le cannabis.

En revanche, comme nous l'avons indiqué, la consommation abusive de cannabis peut être le détonateur de certaines maladies mentales tandis que le tabac n'est pas lié à ce type de maladies. S'il est certain que le cannabis possède des propriétés médicinales qui ont été prouvées, la plante du tabac présentent également de nombreux usages thérapeutiques. Il s'agit donc de deux substances distinctes qui représentent différents risques pour la santé. 

Le cannabis est inoffensif

Faux

Comme nous l'avons dit, la consommation de cannabis peut comporter des risques pour la santé dont il faut tenir compte en particulier si vous faites un usage abusif de cette substance. 

Le cannabis possède des propriétés médicinales

Vrai

De nombreuses études scientifiques ont démontré que le cannabis contient des substances ayant des propriétés médicinales. Il a été prouvé que le THC est efficace sur le plan thérapeutique pour lutter contre certaines douleurs, bien que parfois son effet psychoactif le rende inadapté chez certains patients, en particulier chez les enfants. Néanmoins, l'association de ce composant avec le CBD atténue cet effet

Le CBD est un cannabinoïde présent dans la composition du cannabis qui a démontré être une substance hautement efficace pour le traitement de différentes maladies comme par exemple l'épilepsie. Voici un résumé des propriétés médicinales du CBD :

  • Propriétés anticonvulsivantes: Plusieurs études cliniques ont démontré que le CDB possède des propriétés anticonvulsivantes et qu'il est un moyen efficace pour traiter l'épilepsie. Plus précisément, le syndrome de Dravet, une forme rare d'épilepsie qui produit des attaques plus longues que la normale et des lésions cérébrales périodiques qui peuvent être très dangereuses dans les cas les plus extrêmes.
  • Relaxant musculaire: Des études également réalisées indiquent que l'association de THC + CBD peut aider à soulager la spasticité (tension et rigidité inhabituelle du tonus musculaire) dérivée de maladies telles que la sclérose en plaques.
  • Neuroprotecteur: Autre importante propriété médicinale du CBD, il agit comme neuroprotecteur. Différentes études assurent que le CBD contribue à protéger les zones du cerveau abîmées par l'oxydation neuronale chronique et aigüe.
  • Stress, dépression et maladies mentales: Le CBD possède des propriétés anxiolytiques et antidépressives. Cette découverte, soutenue par différentes études scientifiques, est à l'étude pour appliquer le CBD comme possible traitement principal ou complémentaire des maladies mentales.

Le cannabis guérit le cancer

Faux

Bien que de nombreuses études soient réalisées dans ce domaine, nous ne pouvons pas encore faire d'affirmation de cette taille. Il est vrai que de nombreuses études ont été réalisées sur la recherche des propriétés bénéfiques du THC et du CBD pour le traitement des différents types de cancer et, dans de nombreux cas, les résultats ont été très positifs. Néanmoins, il faut prendre avec prudence certaines affirmations, car ce domaine est toujours à l'étude. Cliquez ici pour en savoir plus sur les études scientifiques réalisées à ce sujet.

Le cannabis provoque une sensation de paranoïa

Faux

Il est vrai que le THC, composant principal du cannabis, peut parfois provoquer un effet psychoactif trop puissant qui peut se traduire par une altération de la perception, une anxiété, une tachycardie et même, dans des cas très extrêmes, des pertes temporaires de mémoire.

Cependant, il ne peut être établie de norme car de nombreux facteurs affectent l'effet de la consommation du cannabis sur un individu, depuis la dose prise jusqu'à la variété de cannabis, l'état physique ou mental du consommateur à ce moment-là et même la façon de le consommer (fumé, ingéré, avec vaporisateur). Tous ces facteurs font que les effets du cannabis soient très subjectifs et variables en fonction de la personne, du moment et des conditions. 

On commence avec un joint et on finit avec des choses bien pires

Faux

Le cannabis comme « porte d'entrée » à la consommation d'autres drogues est un thème amplement débattu qui présente certaines inconsistances qui le rendent difficile à définir. La relation entre le cannabis et les autres drogues telles que la cocaïne, l'ecstasy ou l'héroïne, a fait l'objet de plusieurs études scientifiques. Certaines ont déterminé que l'exposition aux cannabinoïdes durant l'adolescence peut provoquer chez l'individu adulte une réduction de la réaction à la dopamine dans le centre de gratification du cerveau, processus appelé « sensibilisation croisée ». En définitive, ces études signalent que l'usage de cannabis durant l'adolescence pourrait augmenter les possibilités de l'individu à consommer un autre type de drogues dans le futur.

Toutefois, il faut préciser que ce phénomène est également associé à la consommation d'autres substances telles que l'alcool et le tabac, nous ne pouvons donc pas mettre en rapport la « sensibilisation croisée » uniquement avec la consommation de cannabis. Il s'agit d'un thème très diffus car les facteurs sociaux et psychologiques de chaque individu jouent un rôle important dans le risque de l'usage des drogues. Pour l'instant, il est nécessaire de réaliser plus de recherches pour explorer cette question. 

Si vous voulez en savoir plus sur les études réalisées sur le cannabis comme pont vers d'autres types de drogues, cliquez ici.

06/07/2016

Commentaires de nos lecteurs

2 commentaires
5 sur 5 (sur 2 commentaires d'utilisateurs)
Laissez un commentaire !

Lire les commentaires dans d'autres langues:

Contact

x
Contactez-nous