cannabis nocif poumons

Fumer du cannabis est-il nocif pour les poumons ?

  • Bien que le tabac et le cannabis possèdent des composants très similaires, le cannabis n’abîme pas les poumons comme le font les cigarettes.
  • C’est ce qu’avance l’une des plus importantes études réalisées dans ce domaine, qui a mesuré la capacité pulmonaire de plus de 5 000 personnes pendant vingt ans.
  • L’étude révèle la bonne santé des organes respiratoires des fumeurs de marijuana, qui dans certains cas est même meilleure que celle de la moyenne de la population. 
cannabis nocif poumons

Que le tabac soit nocif pour les poumons est un fait déjà assimilé par la communauté scientifique et par la société, mais les mêmes dommages ont été associés par erreur à la consommation de cannabis. Dans la mesure où le tabac et le cannabis partagent un grand nombre de leurs composants, la communauté scientifique avait assimilé le fait que la plante de cannabis affecte également les organes respiratoires. Cependant, les dernières études démentent cette idée. 

Bien que les travaux dans ce domaine soient encore restreints, les études sont de plus en plus nombreuses à ne trouver aucun effet négatif pour les poumons, comme c'est en revanche le cas pour le tabac. L'une des plus importantes études sur le sujet, qui a suivi plus de 5 000 personnes pendant vingt ans, rejette totalement cette idée et déclare même que le cannabis améliore la capacité pulmonaire

Les résultats ont été si inattendus qu'ils ont même déconcerté les scientifiques, chercheurs de l'Université de Californie, à San Francisco, et de l'Université d'Alabama, à Birmingham. « Nous avons trouvé exactement ce que nous pensions trouver par rapport à l'exposition au tabac : une perte constante de la fonction pulmonaire », explique Mark Pletcher, l'un des auteurs de l'étude et professeur à l'Université de Californie. « Cependant, nous avons été surpris de trouver un schéma très différent d'association avec l'exposition au cannabis ». 

L'étude, publiée dans la revue médicale « Journal of American Medical Association », a montré que les fumeurs d'un joint hebdomadaire ne présentaient pas d'aggravation de l'état de santé de leurs poumons, ni d'ailleurs les fumeurs plus assidus, qui pendant sept ans ont fumé une fois par jour. De plus, une partie d'entre eux a légèrement augmenté sa capacité à inhaler et exhaler de l'air.

Vingt ans de suivi

Cette étude est l'une des plus importantes dans le domaine en raison du nombre de participants et de la longue période d'analyse : vingt ans. Les chercheurs ont analysé les informations de Cardia, un projet de recherche américain qui a recueilli des données de mars 1985 à août 2006. Pendant cette période, les médecins ont mesuré la capacité pulmonaire de plus de 5 100 hommes et femmes issus de différentes villes des États-Unis

Au départ, les participants étaient de jeunes gens et des adultes sains, âgés de 18 à 30 ans. Lors du recueillement des données, plus de la moitié (54 %), ont affirmé être des fumeurs réguliers de cannabis, de tabac, ou des deux. 

Périodiquement, les chercheurs notaient la consommation de chaque personne et séparaient les fumeurs de tabac et les fumeurs de cannabis pour réaliser les tests. Les participants soufflaient dans un appareil qui mesure le taux de flux d'air, c'est-à-dire la vitesse à laquelle la personne peut exhaler de l'air, et le volume pulmonaire, soit la quantité d'air qu'est capable de retenir une personne. 

Après plusieurs années, les données ont commencé à dessiner un contexte dans lequel les fumeurs de tabac perdaient de la capacité pulmonaire, contrairement aux fumeurs de cannabis. Alors qu'un adulte en bonne santé peut exhaler plus de trois litres et demi d'air en une seconde, les fumeurs de tabac arrivent à peine à exhaler deux litres. Cependant, les participants qui fumaient plus d'un joint par jour parvenaient à exhaler plus de trois litres et demi en moyenne. 

« Les données montraient que même à des niveaux modérément élevés de consommation, un joint par jour pendant sept ans, il n'y avait aucune preuve de diminution des taux de flux d'air ou de volumes pulmonaires », indique Stefan Kertesz, auteur de la recherche et professeur à l'Université d'Alabama. 

L'analyse ne dit pas clairement pourquoi les consommateurs de cannabis améliorent légèrement leur capacité pulmonaire, mais elle pense que cela pourrait être dû à la façon dont la plupart des gens consomment la plante. Les fumeurs ont tendance à inhaler profondément et à retenir la fumée au maximum pour finir par l'exhaler. Cette pratique peut provoquer un « agrandissement » des poumons.

« L'augmentation des poumons n'est pas énorme, mais elle est statistiquement significative », indique Stefan Kertesz, auteur de l'étude et professeur à l'Université d'Alabama. « Il ne s'agit pas d'un agrandissement qui vous permet de vous sentir mieux », déclare le scientifique, tout en informant que les poumons ne fonctionnent pas mieux avec du cannabis : « Cela serait totalement faux ». 

Bien que la consommation de cannabis ait des effets immédiats comme l'essoufflement et la toux, les résultats montrent qu'il n'existe pas de dégâts à long terme. Les chercheurs sont d'accord sur le fait que l'étude représente un apport supplémentaire sur la connaissance des bienfaits de la consommation de cannabis à des fins médicales, car il ne nuit pas gravement à la santé des poumons. 

Ce préjudice était un élément de poids pour évaluer le cannabis en tant que moyen pour réduire la douleur, stimuler l'appétit et améliorer l'humeur. L'étude apporte également une nouvelle vision de la relation entre le cannabis et le rendement sportif. 

Plusieurs sportifs ont admis consommer du cannabis car cela les aide à faire du sport, comme le triathlète Clifford Drusinsky, le marathonien Avery Collins ou le snowboarder Ross Rebagliati. Le cannabis peut augmenter la motivation car il améliore l'état d'esprit et réduit la fatigue et la douleur. Les recherches indiquent que le cannabis a un effet anti-inflammatoire et que les composés chimiques de la plante peuvent imiter les endorphines naturelles du corps. 

Une étude réalisée par l'École de Médecine de l'Université de Cardiff, en Galles, confirme les résultats de l'effet du cannabis en tant que bronchodilatateur et arrive aux mêmes conclusions que les recherches de Cardia, c'est-à-dire que le cannabis agit comme une substance qui augmente le flux d'air dans les poumons

Cependant, les études concernant la façon dont le cannabis affecte l'exercice physique sont encore trop rares pour avoir une conclusion définitive, et il ne faut pas oublier que la plante a tout de même d'autres effets tels que le ralentissement du système moteur. Kertesz assure que la décision d'une personne de fumer du cannabis « ne devrait pas être basée sur des considérations liées aux poumons ». 

D'autres recherches dans ce domaine sont nécessaires pour découvrir aussi bien les bienfaits que les effets secondaires du cannabis et ainsi avancer davantage dans son introduction dans certains secteurs déterminés tels que l'usage médical. « Savoir s'il endommage la fonction pulmonaire à long terme est important pour orienter les messages de santé publique et l'usage médical du cannabis », conclut Kertesz.

16/08/2016

Commentaires de nos lecteurs

1 commentaire
5 sur 5 (sur 1 commentaire d'utilisateur)
Laissez un commentaire !

Lire les commentaires dans d'autres langues:

Contact

x
Contactez-nous