Qu'est-ce que le système endocannabinoïde du corps humain ?

  • Le système endocannabinoïde joue un rôle très important pour la stabilité des processus internes.
  • Mais nous en ignorons encore beaucoup sur l'action entre ce système et les cannabinoïdes de la plante, ou ceux produits par le corps lui-même.
  • À mesure que les experts commenceront à comprendre le système endocannabinoïde, il pourrait à terme être la clé du traitement d'une multitude de maladies.

On nous a toujours dit qu'il existait plusieurs systèmes organiques dans le corps humain, les systèmes circulatoires, respiratoires, urinaires, reproducteurs, squelettiques, musculaires, nerveux, lymphatiques et digestifs. Mais connaissiez-vous le système endocannabinoïde ? C'est l'un des systèmes corporels les moins étudiés, et c'est peut-être le système physiologique le plus important du corps humain.

Un peu d'histoire

Nous connaissons l'existence du système endocannabinoïde depuis environ 25 ans, lorsque la biologiste moléculaire Lisa A. Matsuda a annoncé en 1990 que son équipe, à l'Institut américain de la santé mentale, avait identifié pour la première fois un récepteur sensible au THC dans le cerveau d'une souris de laboratoire.

Les scientifiques avaient alors essayé de comprendre l'effet du THC, la principale substance psychoactive du cannabis, sur le corps humain. Ce qu'ils ont découvert, c'est un réseau remarquablement complexe de récepteurs exprimés dans les cellules du système nerveux central et périphériques : les récepteurs des cannabinoïdes CB1. Par la suite, ils allaient découvrir le récepteur des cannabinoïdes de type 2 (CB2), se trouvant principalement dans le système immunitaire, le système digestif et bon nombre des principaux organes du corps.

Les récepteurs cannabinoïdes sont situés à la surface des cellules et écoutent les conditions extracellulaires. Les informations sur ces conditions changeantes à l'intérieur de la cellule sont transmises, donnant ainsi lieu au début de la réponse cellulaire adaptée.

Mais ces récepteurs n'étaient que la moitié de l'histoire. Pourquoi le corps produirait-il des récepteurs s'il n'y avait pas de cannabinoïdes naturels pour communiquer avec eux ? La découverte des récepteurs CB1 et CB2 avait lancé les recherches de substances chimiques similaires aux cannabinoïde dans le corps et agissant naturellement avec ces récepteurs : les endocannabinoïdes, ces molécules naturelles similaires aux cannabinoïdes (produites par le corps humain) ont une fonction de messager chimique pour coordonner et réguler les sensations, les pensées et les mouvements.

C'est à ce moment qu'ils ont remarqué que les effets du cannabis imitaient surtout nos endocannabinoïdes (également appelés cannabinoïdes endogènes, endo = à l'intérieur du corps). Ainsi, jusqu'à présent, les scientifiques ont identifié deux endocannabinoïdes essentiels : l'anandamide (également appelée molécule du bonheur dont le nom vient d'« ananda », qui signifie joie en grec) et le 2-Arachidonylglycérol (2-AG).

Pour finir, les scientifiques ont également découvert un troisième acteur : les enzymes métaboliques. Une fois que les endocannabinoïdes auront rejoint les récepteurs cannabinoïdes et auront rempli leur fonction de signalisation, les enzymes du système endocannabinoïde les décomposeront, les empêchant de s'accumuler excessivement.

Vous aurez deux endocannabinoïdes, mais vous aurez aussi deux enzymes principales pour les décomposer (FAAH et MAGL) garantissant ainsi l'utilisation des endocannabinoïdes en cas de besoin, mais pas plus longtemps que nécessaire. Cela distinguera les endocannabinoïdes des nombreux autres signaux moléculaires, tels que les hormones ou les neurotransmetteurs classiques, qui peuvent durer plusieurs minutes ou être stockés pour une utilisation ultérieure.

Que fait exactement le système endocannabinoïde ?

Nous ne savons pas tout du système endocannabinoïde, mais nous savons qu'il aide à ajuster la plupart de nos fonctions physiologiques vitales. Il semblerait toutefois que sa principale fonction soit de maintenir l'homéostasie corporelle, l'harmonie biologique face aux changements de l'environnement, et ce qui affecte tous les systèmes corporels ou leurs fonctions connexes, telles que le sommeil, l'appétit, la douleur, l'inflammation, la mémoire, l'humeur et même la reproduction, en s'assurant que tous les systèmes fonctionnent en coordination les uns avec les autres.

Ainsi, chaque fois qu'un problème de santé survient, le système endocannabinoïde libère ses cannabinoïdes endogènes pour rétablir l'équilibre et le résoudre. Toutefois, il est parfois incapable de le faire tout seul, ce qui pourrait causer différents problèmes de santé chroniques. Et c'est là que les cannabinoïdes exogènes ou phytocannabinoïdes (phyto = plante en grec) entrent en jeu pour rétablir et améliorer la signalisation.

Les cannabinoïdes font sûrement partie des molécules de signalisation les plus répandues et polyvalentes connues par l'homme. Mais en plus de réguler l'homéostasie interne et cellulaire, il influera aussi sur le lien d'une personne avec l'environnement externe, altérant clairement son comportement et facilitant l'échange d'idées, la bonne humeur et la créativité. En modifiant la neurogenèse, la plasticité neuronale et l'apprentissage, les cannabinoïdes peuvent influer directement sur la capacité d'une personne à dépasser les schémas de limitation de la pensée, une chose essentielle pour notre santé mentale.

Cinq choses pour mieux comprendre le système endocannabinoïde

En comparant la génétique des récepteurs aux cannabinoïdes des différentes espèces, les scientifiques estiment que le système endocannabinoïde a évolué chez les animaux primitifs il y a plus de 600 millions d'années.

1. Tous les animaux possèdent un système endocannabinoïde

Des holothuries aux nématodes les plus petits, en passant par toutes les espèces de vertébrés, tous les animaux auront un système endocannabinoïde, un système essentiel de la vie et de l'adaptation aux changements de l'environnement. 

2. Le système endocannabinoïde est la raison des effets thérapeutiques des phytocannabinoïdes

Avant l'interdiction du cannabis, le chanvre et le cannabis étaient utilisés depuis des milliers d'années pour traiter de multiples maladies. Les médecins traditionnels ne pouvaient pas ignorer l'effet de la plante, mais leur expérience démontrait son efficacité et offrait une base de recherches scientifiques approfondies. La découverte du système endocannabinoïde a révélé une base biologique pour les effets thérapeutiques des cannabinoïdes végétaux et a suscité un regain d'intérêt pour le cannabis en tant que médicament.

Les cannabinoïdes sont probablement l'une des molécules de signalisation les plus répandues et les plus polyvalentes connues par l'homme.

3. Nous n'en savons encore que très peu sur le système endocannabinoïde

Certains pourraient penser que nous en savons énormément sur le système endocannabinoïde, mais les vingt mille articles scientifiques sur le sujet commencent à peine à nous éclairer. Il existe probablement de grosses lacunes dans notre compréhension de la complexité des interactions entre les divers cannabinoïdes, types de cellules, systèmes et organismes individuels, c'est pourquoi les scientifiques doivent analyser la physiologie et la santé humaine d'une façon novatrice.

4. L'exercice et l'alimentation peuvent également agir sur le système endocannabinoïde

Le cannabis n'est pas la seule façon d'influencer d'une façon externe le système endocannabinoïde. Les scientifiques ont découvert que l'exercice aérobique prolongé produisait cette sensation d'euphorie post-entrainement (aussi connu comme la défonce du coureur) car cela augmente les taux d'anandamide, l'endocannabinoïde de la sensation de bien-être. L'alimentation peut également être utile pour augmenter l'apport en acides gras essentiels oméga-3, présents dans le poisson bleu ou dans les graines telles que le lin ou le chanvre, peut aider à soutenir la signalisation des endocannabinoïdes.

5. Les microdoses peuvent être la meilleure solution

La recherche a aussi démontré que de petites doses de cannabinoïdes pouvaient faire comprendre au corps un besoin de produire plus d'endocannabinoïdes et de construire plus de récepteurs cannabinoïdes. C'est la raison pour laquelle de nombreux consommateurs de cannabis ne ressentent aucun effet la première fois, mais la deuxième ou la troisième fois, puisqu'ils auront à ce moment plus de récepteurs prêts à réagir. Un grand nombre de récepteurs augmentent la sensibilité aux cannabinoïdes, c'est pourquoi des doses plus faibles auront des effets plus importants. Ainsi, de petites doses régulières de cannabis pourraient agir comme un tonifiant plus efficace pour le système endocannabinoïde de notre corps humain, un système de guérison physiologique.


Bibliographie :

Structure of a cannabinoid receptor and functional expression of the cloned cDNA. Matsuda LA, Lolait SJ, Brownstein MJ, Young AC, Bonner TI. Nature 1990. (lien)

Cannabinoid receptor CB1 mediates baseline and activity-induced survival of new neurons in adult hippocampal neurogenesis. Susanne A Wolf, Anika Bick-Sander, Klaus Fabel. Cell Communication and Signaling, 2010. (lien)

A runner's high depends on cannabinoid receptors in mice. Fuss J, Steinle J, Bindila L, Auer MK, Kirchherr H, Lutz B, Gass P. Neuroscientist, 2016. (lien)

Nutritional omega-3 deficiency abolishes endocannabinoid-mediated neuronal functions. Lafourcade M1, Larrieu T, Mato S, Duffaud A, Sepers M, Matias I, De Smedt-Peyrusse V, Labrousse VF, Bretillon L, Matute C, Rodríguez-Puertas R, Layé S, Manzoni OJ. Nat Neurosci. 2011. (lien)

15/10/2019

Commentaires de nos lecteurs

1 commentaire
5 sur 5 (sur 1 commentaire d'utilisateur)
Laissez un commentaire !

Lire les commentaires dans d'autres langues:

Contact

x
Contactez-nous