Le cannabis et l'endrométriose

  • L'endométriose est une maladie affectant des millions de femmes et responsable de douleurs intenses.
  • Elle se caractérise par une croissance anormale des tissus de l'endomètre à l'extérieur de l'utérus.
  • Apparemment, le cannabis pourrait être utile pour soulager les symptômes de cette maladie, c'est pourquoi le nombre de patientes optant pour la plante ne cesse d'augmenter.

Qu'est-ce que l'endométriose ?

L'endométriose est une maladie chronique dont souffrent plus de 170 millions de femmes dans le monde. Elle se déclare lorsque les parois de l'utérus, l'endomètre, commence à croître à des endroits où il ne devrait pas. Dans certains cas, ce tissu endométrial se développe anormalement dans les trompes de Fallope, dans les ovaires ou le long du pelvis. Dans les cas les plus compliqués, ce tissu peut proliférer dans le vagin, le col de l'utérus, l'intestin, la vessie et, dans des cas extrêmes, aller jusqu'aux poumons. Lorsque ce tissu se détache une fois par mois (comme l'endomètre dans l'utérus), il ne saura pas où aller, car il est situé dans des zones où il ne devrait pas être et n'aura donc pas de voie d'évacuation pour ainsi dire.

Quels sont les symptômes de l'endométriose ?

Si dans certains cas l'endométriose pourrait ne montrer aucun symptôme, les femmes qui en souffrent présenteront souvent ces signes :

  • Fortes douleurs pendant les règles pouvant augmenter avec le temps et affaiblir
  • Douleurs pendant et après les rapports sexuels
  • Douleurs intestinales
  • Saignements légers entre les règles
  • Fatigue

Quelles sont les causes de l'endométriose ?

Les causes de l'endométriose n'ont pas encore été définies, mais certaines théories suggèrent que la maladie pourrait être liée à la pollution de l'environnement. Certaines études indiquent que les dioxines pourraient jouer un rôle clé dans le développement de cette maladie. Parmi les autres facteurs de risque : n'avoir jamais accouché, des cycles menstruels de moins de 27 jours ou des saignements menstruels de plus de huit jours.

Le lien entre le système endocannabinoïde et l'endométriose

Le système endocannabinoïde est un réseau de récepteurs répartis dans différentes parties du corps (cerveau, système nerveux, système immunitaire et autres organes du système périphérique) responsables de la bonne interaction avec les endocannabinoïdes (les composés produits par l'organisme) ou avec les cannabinoïdes de la plante de cannabis. Grâce à l'activation des récepteurs CB1 et CB2, ce réseau de récepteurs régulera diverses fonctions corporelles et régulera l'homéostasie, ou autrement dit, le bon fonctionnement de l'organisme.

Les différentes recherches scientifiques suggèrent que le système endocannabinoïde pourrait être étroitement lié à l'endométriose, puisque certains déséquilibres pourraient être à l'origine de l'apparition de la maladie. Plusieurs récepteurs endocannabinoïdes seraient présents dans l'endomètre et fluctuent en fonction du cycle menstruel de la femme.

Bien que la croissance du tissu endométrial extra-utérin soit associée à une douleur intense et qu'il ait été pour le moment impossible d'en déterminer la cause, des études scientifiques récentes affirment que le système endocannabinoïde contribuerait non seulement aux mécanismes de la croissance anormale des tissus, mais aussi à moduler la douleur associée. Cette nouvelle approche pourrait être d'une importance vitale pour trouver le traitement contre cette maladie.

Le cannabis est-il efficace pour traiter l'endométriose ?

Pour le moment, l'endométriose n'a aucun remède. Comme nous vous le disions, plusieurs études indiquent que le système endocannabinoïde serait un élément clef du développement de cette maladie, mais des recherches supplémentaires sont encore nécessaires pour déterminer le traitement spécifique. Cependant, bien que le cannabis ne guérisse pas l'endométriose, il semble pouvoir soulager de manière naturelle la douleur et les crampes associées à cette maladie. De plus, certains cannabinoïdes d'origine végétale, tels que le CBD, produisent non seulement un effet analgésique pour réduire la douleur, mais aussi des propriétés anti-inflammatoires. Une bonne alternative pour les femmes souffrant d'endométriose qui voudraient soulager les douleurs des règles sans avoir recours à des médicaments comme l'ibuprofène, dont les effets secondaires sont très mauvais pour la santé.

Dans certains pays, vous pouvez déjà trouver divers produits à base de cannabis conçus à cet effet. Des suppositoires aux huiles et aux crèmes, il existe une large gamme de produits pour répondre aux besoins des consommateurs.

N'oubliez pas que les cannabinoïdes peuvent avoir un effet très divers en fonction de la dose consommée et que chaque plante contiendra différentes concentrations. Par conséquent, la recherche sur leurs propriétés est nécessaire afin de déterminer la dose correcte pour un usage thérapeutique efficace. Dans le cas de l'endométriose, il est clair que si le système endocannabinoïde est étroitement lié à la maladie, un traitement à base de cannabinoïdes pourrait peut-être rééquilibrer ses fonctions et contribuer à améliorer, voire à guérir, cette maladie.

Pour le moment, le mieux serait de commencer par de faibles quantités de THC ou de CBD et de poursuivre les tests jusqu'à ce que la dose soit vraiment efficace. Dans ce cas, le mieux serait de choisir des variétés possédant un ratio (THC / CBD) de 1:1 ou de 1:2, comme c'est le cas de l'OG Kush CBD ou de la Bubba Kush CBD, ou si vous préférez éviter l'effet psychoactif du THC, il suffit de choisir des variétés pures CBD comme la Dinamed CBD Plus.

Pour ce qui est du mode de consommation, c'est un choix très personnel puisque vous pouvez facilement fabriquer de l'huile de cannabis chez vous, comme nous l'avons expliqué dans cet autre article. Il peut également être ingéré, même si déconseillons cette méthode si vous n'êtes pas un consommateur régulier, car les effets psychoactifs augmentent nettement et il est plus difficile de mesurer la dose. Une autre alternative relativement saine consiste à vaporiser ou simplement à en fumer.


Bibliographie

Endocannabinoid involvement in l'endométriose: Natalia Dmitrieva, Hiroshi Nagabukuro, David Resuehr, Guohua Zhang, Stacy L. McAllister, Kristina A. McGinty, Ken Mackie et Karen J. Berkley. (lien)

Dioxins and Endometriosis: Cohort Study of Women in West Virginia: Diliberto, J J., Staats, Dee Ann, L. Sirinek, J Becker, D. J. Jude, S. Chouinard, T. Smith, G. C. Clark, R. B. Landy, et L S. Birnbaum. Présenté lors du 24ème symposium international sur les polluants organiques persistants et les polluants organiques environnementaux halogènes, Berlin, Allemagne, 6 au 10 septembre 2004. (lien)

The Clinical Significance of Endocannabinoids in Endometriosis Pain Management: Jérôme Bouaziz, Alexandra Bar On, Daniel S. Seidman, et David Soriano. Publication en ligne : 1 avril 2017. (lien)

01/10/2019

Commentaires de nos lecteurs

Il n’y a pour l’instant aucun commentaire. Vous voulez être le premier ?

Laissez un commentaire !

Contact

x
Contactez-nous