Grow Report de la Moby Dick XXL Autoflowering : une culture de guérilla extrême entre moutons et chiens de berger

  • Est-il possible d’obtenir de bons résultats en extérieur si vous ne disposez pas de grands moyens et si les conditions sont atypiques, ou défavorables ?
  • La réponse est un grand OUI. Et si vous en doutez, posez la question à ce berger amateur de cannabis, qui a profité des pâturages pour cultiver une de ses variétés préférées : la super productrice Moby Dick XXL Autoflowering de Dinafem.
  • Notre collaborateur Ganja Farmer nous a fait parvenir ce grow report de cette expérience inhabituelle d’auto-culture rurale de cannabis.

Un emplacement privilégié

Sur les causses, on se trouve à une altitude d'environ 1200 mètres. Ça n'a l'air de rien mais l'air nocturne y est assez frais pour que la saison de culture excède à peine cent-vingt jours. C'est la raison pour laquelle j'aime les graines de Dinafem : je trouve que leur point fort se situe dans les variétés autofloraison. Je suis très fan des variétés XXL, surtout l'Amnesia et la Moby Dick. Avec elles, je passe de la graine à la récolte en l'espace de 100 à 110 jours. Quant à la qualité, il est loin le temps où on disait des autofloraison qu'elles ne procuraient qu'une ivresse lourde et poussive. Maintenant, elles sont largement aussi bonnes que les autres et leur cycle court est un atout incomparable.

Mes pâturages et le buron dans lequel je trouve refuge la nuit sont à vingt-sept kilomètres des premiers commerces et le propriétaire qui m'a confié le cheptel doit faire quinze kilomètres en quad sur de mauvais sentiers de montagne pour me ravitailler chaque semaine. En cinq étés, je n'ai pas vu âme qui vive passer par cet endroit. Autant dire que c'est un lieu idéal pour cultiver. La terre y est excellente avec un pH idéal de 5 à 6, la température est un peu fraîche la nuit mais jamais caniculaire le jour et l'ensoleillement de juin et juillet, exceptionnel, produit de superbes têtes.

Une bonne germination est fondamentale

Dès mon arrivée, le mardi 12 avril, j'ai placé les graines en germination. Lorsque j'ai débuté, je perdais presque une graine sur deux lors de cette opération cruciale. Désormais, je suis un processus des plus rigoureux. Je commence par laisser tremper mes graines quinze heures dans de l'eau de pluie. Pas plus, sinon la graine risque la noyade. Pour les faire germer, j'utilise des pots en tourbe qui permettent un repiquage facile et que je remplis avec du terreau spécial pour la germination. Ensuite, je dois garder les graines dans une terre à peine humide et éviter de saturer le substrat d'eau pour éliminer le risque de noyade. Le dernier facteur critique : la température qui doit être comprise entre 18 et 20 °C et rester constante. Devant la cheminée du buron, je place de grosses pierres plates qui emmagasinent la chaleur, c'est pourquoi je dispose mes pots avec les graines dessus. Un thermomètre permet de vérifier que les conditions restent stables. Avec ce système, je réussi à faire germer dix-neuf graines viables sur les vingt reçus.

Début mai, c'est encore bien trop tôt pour sortir les jeunes pousses sans protection. Je bricole donc une serre juste devant le perron, orientée plein sud et abritée des vents dominants. J'ai coupé quelques petits sapins de façon à obtenir des piquets bien rectilignes d'à peu près trois mètres que j'appuie sur un muret de pierres sèches et recouvre d'une bâche agricole en PVC transparent. En coinçant cette dernière avec quelques grosses pierres, je peux y laisser mes jeunes plants jusqu'à ce que la température passe nettement la barre des vingt degrés Celsius en journée et dix la nuit. En fait, j'aurais pu les repiquer dès le 15 mai, mais, on ne sait jamais : les retours de saisons sont fréquents dans ces terroirs de moyenne montagne. Une serre, même rudimentaire comme la mienne, permet de gagner entre quatre à six semaines sur la saison.

Une merveilleuse culture de guérilla

Pendant ce temps, je prépare le terrain. Pour les autos, il faut à peu près un mètre carré par plante. J'ai choisi l'endroit tout d'abord en fonction de l'ensoleillement : pas d'ombre, les plantes peuvent compter sur quinze bonnes heures d'ensoleillement à la mi-juin et elles adorent ça ! Comme je suis en montagne, j'utilise un terrain légèrement en pente (de l'ordre de 10 %), car l'herbe est comme la vigne : elle aime le rayonnement oblique de la lumière qui serait un peu brutale pour des plantes moins solaires. Chaque emplacement est retourné à deux fers de bêche sur 1 m2. J'y ajoute une pleine brouette de fumier de mouton (un fumier de poule serait meilleur, mais celui dont je dispose n'est déjà pas mauvais), puis je forme des cuvettes d'arrosage de cinq à dix centimètres de dénivelée.

Repiquage donc le dimanche 22 mai après 40 jours. La plante se trouve dans sa phase végétative, elle mesure déjà 30 centimètres et présente six rangées de branches. Le 4 juin, les premiers filaments annonciateurs de la floraison à venir apparaissent au moment où elle passe la barre des 50 centimètres, mais c'est seulement autour du 20 juin, à 70 jours, que les choses sérieuses commencent. Les autofloraison aiment les longues journées interminables de juin. Leur stretch est impressionnant : 67 cm le 20 juin et 128 cm 19 jours plus tard, le 9 juillet. Cette année, le soleil a été particulièrement généreux et le développement des têtes très important. C'est un moment délicat au cours duquel il est crucial d'éviter le moindre stress. Les quatre chiens qui gardent le troupeau ont bien compris qu'il leur était strictement interdit de s'approcher. Dans la nature, de nombreux animaux sont susceptibles de venir brouter le feuillage de vos plantes : les chiens, bien sûr, mais aussi le bétail qui passe à proximité.

C'est à partir du 14 juillet, soit au 94ème jour, que je commence à me poser la question de récolter. Le temps est magnifique, pas un nuage à l'horizon : j'attends encore quelques jours. Pas besoin d'observer les trichomes à la loupe de bijoutier : comme pour les tomates, j'aime l'herbe bien mûre, alors je cesse tout arrosage dix jours avant la date prévue. Après, tout est en fonction de la météo : récolter par temps sec est un impératif de premier plan. Le 22 juillet le temps tourne à l'orage et l'heure de la récolte sonne. La plus grande plante, que j'ai baptisée miss Maggie, culmine à 132 cm et porte 228 grammes de têtes séchées et manucurées. Sur dix-neuf plantes, quatre dépassent les 200 grammes de têtes ; j'en ai trois autres autour de 170 grammes, huit entre 100 et 150 grammes ; la plus petite a tout de même produit 78 grammes. Le total de la récolte 2016 est donc de 1759 grammes.

Résumé en chiffres :

  • Ensemencement le 12 avril, récolte le 22 juillet, soit 102 jours, ou 14 semaines.
  • Environ 50 jours de croissance et 50 jours de floraison.
  • Températures jour : mini à 12 °C, maxi à 32 °C
  • Températures nuit : mini à 8 °C, maxi à 19 °C.
  • 95 jours d'ensoleillement ; 3 cm de pluie par m².
  • Engrais : fumier de mouton bio riche en potasse (2 ans de décomposition, au moins).
  • 1759 grammes sur 19 plants, soit une moyenne de 90 grammes par plante.
  • Investissement total : 180 €.
  • Temps de travail effectif : environ 10 heures (dont la moitié pour la manucure et le conditionnement).

 

04/04/2018

Commentaires de nos lecteurs

Il n’y a pour l’instant aucun commentaire. Vous voulez être le premier ?

Laissez un commentaire !

Contact

x
Contactez-nous